Après l'agression de deux agriculteurs le maire de Laroque-Timbaut alerte le Premier ministre



Suite à l'agression, au couteau, de deux agriculteurs, en train de moissonner, par un individu fiché S, au cri de "allahu akbar", intervenue le dimanche 18 juin, à Laroque-Timbaut (Lot-et-Garonne) le maire de cette commune, Lionel Falcoz, alerte dans une longue lettre le Premier ministre Edouard Philippe.
"Un individu fiché S, écrit le maire de la localité voisine d'Agen, déjà condamné pour des faits similaires, reconnu au minimum comme en cours de radicalisation, et de surcroît en violation de son astreinte à domicile, était donc libre des ses mouvements et de commettre son odieux forfait".
Evoquant un rassemblement d'agriculteurs exaspérés qui s'est déroulé le lendemain Lionel Falcoz se dit "révolté en tant que citoyen de la République".
Révolté par "les remises en liberté devenues quasi-automatiques pour toutes les peines inférieures à deux ans", "par la lourdeur des procédures", par "les baisses régulières d'effectifs qui ne permettent plus de remplir la mission principale, la protection de la population". Il évoque également la solitude de l'élu local en face d'une telle situation "laissé désespérément seul, sans information...."Le silence des représentants de l'Etat est à ce propos assourdissant".
Le maire de Laroque-Timbaut exprime sa "très forte inquiétude" en constatant qu'aucune qualification liée au terrorisme, au radicalisme, ou djihadisme, n'a été retenue; "Les conséquences peuvent être lourdes. "Le prévenu (...) sera-t-il traité par la justice et les services pénitentiaires comme un prévenu de droit commun, simplement coupable de coups et blessures?"
Il rappelle que les faits de violence se multiplient dans les petites villes de province "et maintenant dans nos campagnes! Le malaise et le sentiment d'abandon qui en résultent dans notre population sont la manifestation éclatante d'un sentiment d'impunité totale..." Il considère qu'il y a urgence à redonner de la lisibilité à l'action publique "par la remise à niveau des moyens de la justice, le renseignement de proximité, la modernisation des procédures pénales, la construction de nouvelles prisons.."
Lionel Falcoz conclut ainsi sa lettre: "Le signal d'alarme est tiré par d'autres depuis longtemps et le malaise des Français périphériques et ruraux atteint aujourd'hui un niveau devenu critique. Le danger de voir apparaître des milices spontanées pourrait bientôt devenir une réalité.
En tant qu'élu de la République française et en tant que citoyen j'attends maintenant des actes clairs, forts, et efficaces (...) Le temps des promesses est révolu".
  • Une copie de la lettre est également adressée aux ministres de l'Intérieur et de la Justice.
Samedi 24 Juin 2017

Lu 590 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com