Grippe aviaire:les mesures gouvernementales prises en grippe par une partie des éleveurs


La grande région ALPC met en place une cellule de crise. Mais ça tousse dans le Gers et en Lot-et-Garonne


Ph Ministère Agriculture
Ph Ministère Agriculture
Les dispositions concernant la grippe aviaire qu'elles proviennent de l'Etat ou des deux régions principalement concernées sont-elles à la hauteur de la situation? On peut en douter. Premier point, sur le terrain, la contrainte imposée du vide sanitaire passe mal, comme le prouve la création du collectif Les Canards en colère qui a créé sa page Faceboock, et publié une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture pour lui demander l'annulation de l'arrêté. Extrait de la lettre: "Vous réussirez peut-être à éradiquer le virus de la grippe aviaire, bien qu’aucun expert ne puisse nous le garantir, mais vous détruirez à coup sûr des milliers d’exploitations agricoles, d’entreprises, et des dizaines de milliers d’emplois liés de prêt ou de loin à cette filière . Maigre consolation en dépeuplant les élevages vous repeuplerez les agences de Pôle Emploi qui n’en demandent pas tant...."
Par ailleurs la Coordination rurale de Lot-et-Garonne, dans une lettre ouverte adressée aux diverses autorités et élus, met en avant le fait que le Lot-et-Garonne est indemne, et souligne la lourde et longue incidence des mesures de vide sanitaire. Elle opte pour des dispositions de vide sanitaire par zone qui, selon le syndicat "seraient moins traumatisantes", ainsi qu'en faveur de la vaccination. La Coordination rurale 47 estime cependant que "le plan (annoncé) n'offre pas la garantie d'une éradication du virus" et elle demande que "le Lot-et-Garonne soit exclu du vide sanitaire".
Maigre consolation: par ailleurs: sur les marchés les cours du foie gras s'envolent face aux perspectives de pénurie...

Les mesures ALPC

Ce samedi Alain Rousset, président de la grande région ALPC et Jean-Pierre Raynaud, vice-président en charge de l'agriculture se sont rendus dans les Landes où ils ont visité un élevage et rencontré des producteurs à Maïsadour. Suite à ce déplacement la Région annonce quatre séries de mesures:
  • Création d'une cellule de crise à la Région
Cette cellule de crise est dédiée aux entreprises et exploitations en difficultés. Ces dernières sont invitées à se faire connaître en envoyant un email à l'adresse dédiée : crise-aviaire@laregion-alpc.fr permettant au Conseil régional de recenser les structures en difficultés et de mettre en place un accompagnement personnalisé, en partenariat avec les services de l'Etat et de la Chambre régionale d'agriculture. L'objectif de ce dispositif est d'identifier les entreprises les plus en crise pour les aider - via des avances de trésorerie par exemple - de manière transitoire le temps que le plan de l'Etat soit opérationnel.Priorité est donnée aux accouveurs qui sont aujourd'hui les plus fragilisés par le plan d'éradication, leur activité s'étant subitement arrêtée lundi 18 janvier avec une interdiction de remise en production de nouveaux animaux et la destruction de leurs productions d'œufs à venir jusqu'à la fin du vide sanitaire.
  • Un comité de pilotage
Alain Rousset a décidé de mettre en place une gouvernance spécifique pour le suivi de cette crise. Ainsi, un Comité de pilotage de la Crise aviaire sera créé, en lien avec l'Etat. Ce Comité, qui se réunirait une fois par mois jusqu'à la fin de l'année, comprendrait, outre la Région et l'Etat, la Chambre régionale d'agriculture, des représentants de la filière (PALSO - IGP canard à Foie Gras du Sud-Ouest, le Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras (CIFOG)...), des représentants de la coopération et de l'agroalimentaire, et des Départements concernés.
  • Un plan de formation
Pour les entreprises qui devront avoir recours au chômage technique durant cette période de transition, la Région s'engage à proposer comme alternative des formations aux salariés en lien avec l'OPCA du secteur. En effet, il s'agit de profiter de cette période de « non-activité », pour former les salariés sur de nouvelles compétences ou de remettre à jour certaines pratiques professionnelles
  • Aide à l'investissement
Une fois le vide sanitaire passé, il est fort possible que de nouvelles règles de biosécurité et d'améliorations sanitaires soient mise en place par les pouvoirs publics. Aussi, la Région s'engage alors à accompagner les investissements nécessaires dans les exploitations au travers de son plan de Compétitivité et d'Amélioration des Exploitations Agricoles (PCAE)

Lundi 25 Janvier 2016

Lu 256 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 12 Septembre 2017 - 18:55 La filière foie gras alerte le gouvernement

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com