L'agroalimentaire français dans un trou d'air


Des exportations trop faibles par rapport aux importations. De biscuits, de chocolat, du tournesol, et de vins.... Les alcools rétablissent toutefois la situation


Derrière la vitrine du SIAL

Le SIAL:une vitrine très prisée (Ph SIAL)
Le SIAL:une vitrine très prisée (Ph SIAL)
Alors que les entreprises des industries alimentaires s'exposent au SIAL, que ce salon revendique la place de plus belle vitrine du monde, que les ministres pavoisent, les derniers chiffres officiels concernant ce secteur-clé de l'économie nationale indiquent une situation moins reluisante. La branche agroalimentaire semble être en rupture avec son dynamisme des années passées. Les statistique d'Agreste (ministère de l'Agriculture) indiquent que l’excédent des échanges agroalimentaires français s'est situé à 296 millions d’euros en août 2016, soit une diminution de 337 millions d’euros par rapport à août 2015. Ce recul, indiquent les statisticiens, est la conséquence de l’augmentation, en valeur, des importations (+ 392 millions d’euros, soit+ 10 %) "dont une faible partie est compensée par la légère hausse des exportations " (+ 55 millions d’euros, soit + 1 %).

Avec les pays tiers, les importations ont progressé de 123 millions d’euros (+ 11 %) et, dans le même temps, les exportations ont diminué de 50 millions d’euros (- 3 %). L’excédent s’établit ainsi à 374 millions d’euros, en baisse de 173 millions d’euros par rapport à août 2015. Les produits bruts contribuent le plus à cette évolution avec le recul des exportations d’orge vers la Chine, en volume et en valeur, mais aussi avec la hausse des importations de fèves de soja (en provenance du Brésil et des Etats-Unis) et de graines de tournesol (en provenance d’Argentine).

Autre constat inquiétant "Avec l’Union européenne, le solde du commerce extérieur perd 164 millions d’euros par rapport à août 2015 et redevient négatif (- 78 millions d’euros). Les exportations augmentent de 106 millions sur un an (+ 4 %) mais les importations progressent de 270 millions d’euros (+ 10 %). La hausse des importations est particulièrement marquée pour les produits transformés (+ 223 millions d’euros, soit + 10 %) sous l’effet de l’augmentation, en quantité mais surtout en valeur, des achats de chocolat et confiserie (en provenance de Belgique et d’Allemagne) mais aussi de biscuits,pâtisseries et plus généralement de produits issus des céréales."

Le cognac pèse dans la balance

L'agroalimentaire français dans un trou d'air
Toujours selon Agreste, l’excédent des échanges de produits transformés a atteint 346 millions d’euros en août 2016, en baisse de 35 millions d’euros sur un an.Les exportations augmentent de 252 millions d’euros (+ 8 %) par rapport à août 2015. La valeur des exportations de viandes et préparations à base de viande gagne 4 % sur un an. Mais surtout, les exportations de boissons alcoolisées (hors vins et champagne) augmentent de 61 millions d’euros, portées par des achats américains et chinois en cognac soutenus (avec respectivement + 47 et + 13 millions d’euros sur un an). Mais, dans le même temps, la valeur des importations croît plus rapidement, + 287 millions d’euros (+ 10 %) sur un an, conséquence d’une demande importante en tabacs, chocolat et confiserie ainsi qu’en produits à base de fruits et légumes.

La production de la vigne, si décriée en France, rétablit quelque peu la situation. Difficilement tout de même si on regarde le cas des vins. En 2015 (source France AgriMer) les exportations de vins (14,2 millions hl) avaient diminué de 2,2% en volume, mais augmenté de 6,8% en valeur. On vend moins à l'export, mais plus cher. Cependant le marché français s'ouvre aux vins étrangers:en 2015 7,2 millions d'hectolitres ont été importés, soit 11% de plus que l'année précédente. Or, en 2014, les importations de vins avaient déjà progressé de 23%.
Si l'on veut conserver, ou renforcer la place de l'agroalimentaire français, il est grand temps que l'on s'inquiète du déclin amorcé. Car jusqu'ici les impulsions gouvernementales sont allées plus côté écologie -avec leur pendant de contraintes- qu'économie.
G.G.


Mardi 18 Octobre 2016

Lu 523 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Jeudi 23 Novembre 2017 - 20:20 Le bilan du congrès du maïs à Toulouse

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com