LGV du sud-ouest:les élus aquitains partagés entre satisfaction et déception



Les élus aquitains, dont les socialistes, ne pouvaient faire moins que commenter les décisions du Premier ministre à propos des LGV devant traverser -ou non- le grand sud-ouest. Voici le communiqué diffusé par la région Aquitaine:
"A la suite de l'intervention du Premier ministre dans le cadre de la présentation du plan « investir pour la France », Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Juppé, maire de Bordeaux, Philippe Madrelle, président du Conseil général de Gironde, Jean Grenet, maire de Bayonne et président de l'agglomération Côte basque Adour, Martine Lignières-Cassou, maire de Pau et présidente de l'agglomération Pau-Pyrénées, Vincent Feltesse, président de la communauté urbaine de Bordeaux, se réjouissent du lancement de la LGV Bordeaux-Toulouse, mais regrettent le découplage de la branche Bordeaux-Espagne, dont la réalisation est reportée au-delà de 2030. Ils rappellent le caractère insécable du projet.
"Le choix du scénario 2, préconisé par le rapport de la commission Mobilité 21, fondé sur un abondement significatif des moyens financiers, est un bon choix pour la Nation et pour l'Aquitaine. Il donnera les moyens nécessaires pour développer un réseau d'infrastructures performant en remettant à niveau le réseau existant, notamment dans le cadre de nouveaux contrats de plan Etat-Région sur la période 2014-2020.
"Ce choix marque ensuite la priorité donnée à la réalisation de la ligne nouvelle Bordeaux-Toulouse, seule ligne à grande vitesse à être reconnue comme prioritaire au niveau national. Cette ligne nouvelle rapprochera de manière spectaculaire les deux principaux moteurs de croissance du grand sud-ouest, Bordeaux et Toulouse, améliorera considérablement la desserte d'Agen, et permettra de désaturer très significativement la ligne existante pour y développer le fret et les trains régionaux.
"En revanche, malgré le souhait exprimé par le Premier ministre de « trouver les moyens de l'avancement des lignes internationales », l'absence de précision sur la date de réalisation de la ligne nouvelle Bordeaux-Espagne ne répond pas aux attentes de la population ni des acteurs économiques.
Les cosignataires du présent communiqué en prennent acte, et regrettent cette décision. Ils considèrent que le lancement simultané d'une première phase entre Bordeaux et Dax, reliant le projet à grande vitesse à la ligne existante, et offrant des gains importants et immédiats de temps de parcours pour les Landes, le pays basque et le Béarn, demeure un compromis pertinent, réaliste financièrement, et doté d'une bonne rentabilité socio-économique. Ils poursuivront donc leur mobilisation pour que Bordeaux-Toulouse soit complété par une première tranche fonctionnelle vers l'Espagne.. Enfin, à ce stade, ils relèvent avec satisfaction que les études et procédures règlementaires seront poursuivies sur l'ensemble du projet.
Jeudi 11 Juillet 2013

Lu 128 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 12 Septembre 2017 - 20:33 L'Occitanie prépare un plan bois

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com