La France en récession: "trop de dogmatisme pas assez d'entreprise"


Un point de vue décapant de Guillaume Cairou (Didaxis, Club des Entrepreneurs)


La dégradation du PIB français selon l'INSEE
La dégradation du PIB français selon l'INSEE
Recul de 0,2% du PIB (Produit Intérieur Brut) français au premier trimestre, production totale au point mort, consommation des ménages atone, telles sont les "bonnes nouvelles" ( les ministres et le Président les considèrent sans doute comme telles puisqu'ils sont toujours aussi optimistes) que vient d'apporter l'INSEE. Si le pouvoir demeure sur sa ligne rose, les entrepreneurs vident quant à eux leur sac. C'est le cas de Guillaume Cairou, président du Club des Entrepreneurs et directeur général de Didaxis . Dans un communiqué il dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

L'analyse de Guillaume Cairou:
"Espérons que l'ordre économique naisse du chaos entrepreneurial.
La récession dans laquelle nous entrons est une mauvaise nouvelle pour le pays C'est la transcription macroéconomique de la réalité de ce que vivent nos entreprises sur le terrain.
Cette récession c'est la raison qui doit nous conduire à miser sur l'entrepreneur et mettre la priorité sur l'entreprise. Ne nous le cachons pas, si la France renoue avec la récession c'est parce qu'elle a renoué avec le dogmatisme au lieu de miser sur l'entreprise, la prise de risques et l'innovation.
"La situation des entreprises sur le terrain est grave et plus profonde encore aujourd'hui qu'en 2008. Les prévisions des dirigeants d'entreprise pour l'activité de leurs propres entreprises se dégradent d'ailleurs significativement ce mois-ci.
Tout prouve aujourd'hui que la récession est largement due à la politique menée et aux décisions anti-entrepreneuriales prises depuis un an malgré un retournement de positionnement récent.
La France entre en récession à cause d'un choc fiscal de 33,4 Mds de prélèvements supplémentaires pour 2013 : (10 votés dans le collectif de juillet 2012 + 20 votés dans le PLF 2013 et 3,4 votés dans le PLFSS). Une hausse d'impôts d'une telle ampleur a, et cela était largement prévisible, un impact récessif.
La France entre en récession parce que ces mesures fiscales ont affecté sa croissance potentielle notamment en amoindrissant l'effort d'investissement.
La France entre en récession parce qu'il y a une succession d'erreurs stratégiques et que nos entreprises souffrent d'une trop grande hausse d'impôts notamment par rapport à la baisse des dépenses publiques.
La France entre en récession parce que les réformes structurelles dont nous manquons pourtant cruellement ne sont pas engagées. Cela conduit notamment à ce que le financement de nos entreprises se trouve aujourd'hui dans une impasse. L'augmentation de la fiscalité sur les revenus a fait fuir les investisseurs et les talents. L'augmentation de la fiscalité de l'épargne a entraîné une baisse de la collecte et augmentent le coût du crédit....."

Mercredi 15 Mai 2013

Lu 176 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com