La bonne récolte de maïs n'efface pas les inquiétudes



Récolte de maïs dans les Landes (capture d'écran vidéo You Tube P.Brocquet)
Récolte de maïs dans les Landes (capture d'écran vidéo You Tube P.Brocquet)
L'AGPM (Association Générale des Producteurs de Maïs) indique que la production française de maïs grain avoisinera les 13,9 millions de tonnes en 2017 contre 12,3 millions en 2016

Une hausse de 12 %, malgré des surfaces, en baisse de 5 % par rapport à l’an dernier, (1,35 millions d’hectares), grâce à un excellent rendement national de plus de 103 quintaux par hectare.
Ces bons résultats sont également observés en maïs fourrage. Plus sensibles aux aléas climatiques, la production de maïs semence s’avère au-delà de l’objectif, tandis que celle de maïs doux devrait être légèrement en deçà.
Cependant le début de campagne de commercialisation est marqué par la baisse des cours du maïs qui affecte sévèrement l’économie des exploitations.
Constat:"Malgré un rendement national proche du record, force est de constater que les comptes d’exploitation des maïsiculteurs français ne progresseront qu’à la marge. En effet, les prix sont actuellement sous pression en raison des très bonnes récoltes sur les continents américains."
"LA MAISICULTURE DOIT ETRE PROTEGEE"
L'AGPM estime que "dans ce contexte, la réflexion franco-française des Etats Généraux de l’Alimentation sur la rémunération des producteurs doit intégrer tous les paramètres et aller au-delà de l’indispensable répartition de la valeur dans les filières. Sensible aux cours mondiaux, la maïsiculture doit être protégée et le seul filet de sécurité que constituent les droits de douanes ne suffit pas. D’ici la mise en oeuvre de la prochaine PAC, il convient d’avancer dans la création d’une assurance récolte incitative grâce à la récente évolution du règlement Omnibus permettant de subventionner les contrats dès 20 % de pertes avec un accompagnement public de 65%. De même, la dotation pour aléas doit rapidement évoluer vers une épargne de précaution individuelle, simple et mobilisable".
Le syndicat ajoute que "la production française a aujourd’hui besoin d’un ambitieux plan d’investissement dans le stockage de l’eau s’appuyant sur une agriculture irriguée sobre et performante dans le cadre de projets de territoires. Au-delà, le maïs « made in France » a aussi besoin de divers outils (produits de protection des cultures, biotechnologies)qui soient accessibles, économiques, efficaces et innovants. A trop vouloir être dans l’air du temps et contenter une élite minoritaire, l’initiative des EGA risque de louper son ambition d’inscrire l’agriculture française dans l’avenir et, au contraire, de précipiter sa perte au profit d’autres puissances agricoles."
Daniel Peyraube, président de l’AGPM commente : « J’attends des Etats Généraux de l’Alimentation de préparer l’avenir au profit des générations futures et non de collecter des bons points au cours du quinquennat. Supprimer les phytos c’est populaire. Mais c’est aussi imaginer nos petits enfants s’alimenter à partir de produits étrangers obtenus à partir des techniques auxquelles nous renonçons aujourd’hui. Les maïsiculteurs sont prêts à revisiter leurs pratiques et y réfléchiront d’ailleurs dans le cadre du Congrès du maïs les 22 et 23 novembre prochains.
Mais nous avons avant tout besoin de sécurité et de pragmatisme en supprimant, le plus rapidement possible, les distorsions de toutes sortes. »
Mardi 7 Novembre 2017

Lu 362 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com