Bordeaux: quand Evento déferle sur la ville



L'effet Evento (ph paysud)
L'effet Evento (ph paysud)
Evento, quel drôle de nom. Cela vous bruisse dans la tête comme une tempête automnale, à moins que le mot vous fasse songer à quelque secret éventé, ou encore à un film de David Lynch. En tout cas Bordeaux s'est mise à l'heure de la résonnance ibérique, ou latine, des mots ce qui surprend quelque peu de la part d'une cité qui, historiquement , à plutôt regardé vers un grand large allant jusqu'à la Grande-Bretagne. Pourtant les grandes lettres majuscules de la Respublica surmonteront les hauts silos pain de sucre de la rive droite. Ainsi se dévoile , au nom de la culture, cette déferlante d'art contemporain qui doit se répandre dans les quartiers de la capitale de l'Aquitaine jusqu'au 18 octobre, et réjouir, instruire les Bordelais, leur faire apprécier les oeuvres diverses des artistes du moment., voire les tirer de leur ronron trop classique. Quelqu'un a dit que la culture est ce qui reste. On pourrait aussi considérer que c'est apprécier le beau. Et c'est vrai que la passerelle de bois de tempête de Tadashi Kawamata est belle. A la limite elle pourrait aussi être utile en nous évitant d'aller jusqu'au feu rouge pour traverser le boulevard, ce qui amortirait quelque peu la dépense. A! oui! c'est vrai, il y a une dépense! De l'ordre de 4 millions d'euros. Ce serait dommage et incompréhensible quà ce prix là on ait rien de beau. Les deux dames "bcbg " qui , l'autre jour, entre un panneau publicitaire et la façade du Grand théâtre aux colonnes bariolées, criaient à la honte et au scandale n'en étaient pas convaincues. Sans doute des cas isolés, si on en croit le perçu des Bordelais que l'on veut faire percevoir.
,

Culture médiatisée

Le Grand Théâtre revisité (ph Paysud)
Le Grand Théâtre revisité (ph Paysud)
Mais sans doute avons-nous une notion du beau surannée. Nous devrions nos pâmer de plaisir les écouteurs vissés sur les oreilles , à l'écoute des coups de klaxons, des timbres de bicyclette (la bicyclette n'est-elle pas l'avenir de l'homme à l'heure de la taxe carbone?) et autre bruits quotidiens de la rue . Dieu merci nous sommes encore quelques uns à préférer le chant des oiseaux et les envolées pianistiques de Chopin ou de Liszt au tintamare qui détruit les tympans.
Reste à voir aussi si cette culture imposée, cette culture venue d'en haut et offerte est la meilleure solution pour développer la capacité de chacun à apprécier les arts et leur signification. Evento est là, très bien , il nous gave sans que nous ayons accompli un petit effort pour obtenir la pâtée. Et que restera-t-il lorsque Evento sera éventé et envolé? Peut-être surtout le souvenir d'amusements et de distractions, ce qui est au fond pas si mal. Le souvenir aussi de ce qu'a fait Bordeaux et son maire. Il faut bien reconnaître que l'objectif évenementiel est atteint si on en uge par l'impact de l'opération sur les medias. Frédéric Mitterrand dans une période où il en avait bien besoin se devait bien , lui-aussi, de venir partager une part de réussite. La politique est , elle-aussi un art, et parfois, l 'art n'a pas de prix.
Samedi 10 Octobre 2009

Lu 872 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 6 Septembre 2017 - 17:45 La plus haute tour en bois de France à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com