Communauté des Pyrénées: présidence navarraise et mobilisation sur le ferroviaire


Yolanda Barcina Angulo, présidente de la Navarre, succède à Martin Malvy. L'occasion d'une déclaration commune pour accélérer l'interconnexion des voies ferrées entre la France et l'Espagne


Les membres de la CTP autour de la nouvelle présidente (Ph Frédéric Lancelot)
Les membres de la CTP autour de la nouvelle présidente (Ph Frédéric Lancelot)
Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées et de la CTP ( Communauté de Travail des Pyrénées) a accueilli ce jeudi 27 octobre, à l’Hôtel de Région de Midi-Pyrénées, à Toulouse, pour un Conseil plénier de la CTP les présidentes nouvellement élues de Navarre et Aragon, Yolanda Barcina Angulo et Luisa Fernanda Rudi Ubeda, ainsi que Germa Gordo, secrétaire général de la Catalogne, Gilbert Saboya, ministre des affaires extérieures d’Andorre, Miguel Angel Crespo, délégué à la coopération transfrontalière du Pays Basque, Alain Rousset, président de la Région Aquitaine et Jean-Claude Gayssot, vice-président de Languedoc-Roussillon. Au terme de deux jours de sommet, Martin Malvy a passé la présidence de la CTP à Yolanda Barcina Angulo, présidente de Navarre. Les huit présidents ont également adopté une « déclaration commune pour l’interconnexion des lignes ferroviaires situées de part et d’autre des Pyrénées ».
La Communauté de Travail des Pyrénées (CTP), née en 1983, réunit les Régions françaises et les Communautés autonomes espagnoles situées de part et d’autre des Pyrénées, ainsi que la Principauté d’Andorre. Elle a comme objectif de contribuer au développement des territoires pyrénéens tout en assurant la prise en compte de leurs enjeux et la préservation de leurs richesses. La CTP, en tant qu’organisme de coopération institutionnelle, autorité de gestion d’un programme européen de coopération territoriale et acteur d’un vaste territoire transfrontalier représentant 18 millions d’habitants, souhaite apporter et faire valoir sa contribution à la politique du réseau transeuropéen de transport, comme décidé lors de la Vème Conférence sur les communications pyrénéennes, qui s’est tenue le 26 octobre 2011 à Toulouse.






Un appel aux Etats

Concernant le transport ferroviaire, la CTP souligne "la nécessaire et urgente interconnexion et interopérabilité des lignes ferroviaires situées de part et d’autre du massif pyrénéen, afin de garantir le développement économique, la cohésion, l’aménagement durable et l’affirmation des territoires de la Communauté de Travail des Pyrénées et du sud-ouest européen dans l’Union européenne". Dans sa déclaration la Communauté constate:" selon l’Observatoire franco-espagnol des trafics dans les Pyrénées, près de 120 000 véhicules ont traversé quotidiennement la frontière entre la France et l’Espagne en 2008 (la dernière année avec des données disponibles), dont plus de 20 000 poids lourds. Le trafic voyageurs entre la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe a connu une croissance de 39% entre 2001 et 2008. La part modale du routier représentait en cette dernière année 55% pour les véhicules particuliers et 5% pour les autocars, le mode aérien 40% et le ferroviaire était insignifiant. Sur cette même période, les flux de marchandises entre la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe ont augmenté de 13,3%. La répartition modale a évolué au bénéfice de la route qui en 2008 atteint 55% des flux en tonnes, le mode maritime 43% et le ferroviaire stagne à 2%. A l’heure actuelle aucune ligne ferroviaire ne permet de passer la frontière entre la France et l’Espagne avec un même écartement et une capacité suffisante. Certes, un tronçon de 45 km reliant Perpignan à Figueres vient d’être mis en service (décembre 2010), mais sa connexion reste encore très limitée".
La CTP lance un appel aux Etats français et espagnol pour renforcer au plus vite le maillage du territoire par des lignes ferrées à haute performance et interopérables .La CTP estime ainsi rejoindre les objectifs fixés par le Livre Blanc de la Commission Européenne qui prévoit de:
-achever pour 2050 un réseau ferroviaire européen à grande vitesse, afin que la majeure partie du transport des passagers à moyenne distance (300 km) s'effectue par train (objectif 4) ;
-transférer le fret routier sur le fret ferroviaire pour les longues distances (+ 300 km) ;
-créer des liens multimodaux entre les capitales européennes et les autres grandes villes, ports, aéroports et passages frontaliers ainsi que les grands centres économiques, et concourir ainsi à la réalisation du marché unique des transports et plus largement du marché unique européen ;
-limiter les émissions de gaz à effet de serre et s’engager en faveur d’un transport durable.

Jeudi 27 Octobre 2011

Lu 825 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com