LGV Sud Europe Atlantique en Gironde :un laissez-passer sous conditions



Le passage  la LGV près de Captieux (image virtuelle GPSO)
Le passage la LGV près de Captieux (image virtuelle GPSO)
Les élus girondins viennent de se pencher en compagnie de leur président Philippe Madrelle et des représentants de RFF sur le dossier de la LGV des grands projets du sud-ouest (LGV SEA, Sud Europe Atlantique) ) . Dans un projet de délibération qui sera présenté à la Commission Permanente du 28 novembre, et qui a été commenté devant la presse par le président du Conseil général, le département confirme son acceptation du projet, mais entoure celle-ci d'un lourd cahier des charges. " Compte tenu du fait que RFF a consulté les maires et qu’il a procédé en conséquence à un certain nombre d’adaptations, et sous les réserves et recommandations énoncées ci-dessus, le Conseil Général émet un avis favorable au projet de tracé mais restera extrêmement attentif à la qualité des aménagements, à la meilleure insertion possible du projet dans le territoire et à la préservation des milieux,mais aussi à la prise en compte d’une protection renforcée des riverains contre le bruit."
Son feu vert est ainsi entouré d'indications précises quant au "rétablissement" des routes départementales, des pistes cyclables, des chemins et sentiers. En ce qui concerne l'aspect paysager du projet, " RFF devra porter une attention particulière sur les secteurs de traversée des cours d'eau et en particulier du Ciron à Bernos-Beaulac. En effet, l'ancienne Voie Ferrée d’Intérêt Local (VFIL), à proximité du franchissement prévu, est actuellement classée au PDIPR comme itinéraire culturel européen (Chemin de St Jacques) et est, en outre, susceptible d'accueillir une voie verte. Dans toute la mesure du possible, au regard de la qualité paysagère et de l'intérêt touristique du secteur traversé, une attention toute particulière devra être portée à l'impact visuel des infrastructures et des superstructures de la ligne."
En matière d'aménagement du territoire, l'assemblée départementale se préoccupe de l'incidence de l'installation d'une halte Service Régional à Grande Vitesse à Captieux. C’est la raison pour laquelle le Conseil Général souhaite lancer une étude prospective, en partenariat avec RFF, et copilotée par les représentants de ces territoires, pour mieux appréhender l’impact de cette nouvelle infrastructure sur les territoires du Sud Gironde.

Compensations, observatorie foncier...

Sur le volet aménagement foncier, la délibération mentionne que le projet GPSO va impacter des communes sur lesquelles des opérations d'aménagement foncier liées à l'A65 sont en cours (Cudos, Bernos-Beaulac, Captieux, Escaudes).
"Il est très probable que ce tracé remette en cause la restructuration foncière réalisée sur Captieux notamment". Le Conseil Général souhaite "engager en 2012 une analyse foncière préalable aux études d'aménagement foncier tout le long du tracé GPSO. Cette analyse permettra de recueillir et traiter les informations relatives à la structure foncière, à l'occupation agricole et forestière, de préciser les interférences foncières entre les propriétaires des communes impactées et ainsi de déterminer les communes pour lesquelles la création d'une commission communale ou intercommunale est opportune. Le financement intégral de cette analyse foncière devra être à la charge de RFF. Afin d’anticiper l’évolution du prix du foncier, le Conseil Général demande la création d’un observatoire foncier aux abords du tracé".
Des conditions sont posées également quant à la protection des espaces naturels et en matière écologique. Pour ce qui concerne les rivières et les ressources en eau les élus proposent des études d'impact sur le Bassin versant du Gat Mort et celui du Rieufert. En matière d'électricité, le conseil Général demande une réflexion pour une meilleure intégration des lignes électriques et de leur équipements de distribution, et que le nouveau réseau haute tension nécessaire à l’alimentation de l’ouvrage soit enterré. Le Conseil Général demande également que soit intégré au projet la réservation de fourreaux pour le passage du réseau numérique haut débit. Le Département souhaite que l’engagement de RFF de réaliser des pistes de DFCI de part et d’autre de la LGV soit confirmé.
Le Conseil Général demande aussi des éclaircissements sur les modalités et la répartition des financements. La délibération souligne que RFF devra mettre en place des mesures compensatoires. " Tout particulièrement le Conseil Général demande que la zone de 300 ha à très fort enjeu environnemental, située à l’intérieur du triangle ferroviaire au nord de Captieux puisse faire l’objet, en partenariat avec le Conseil Général, d’une réflexion sur sa valorisation dont la mise en oeuvre devra être intégrée au projet." Par ailleurs, il demande au Gouvernement qu’à l’instar des autoroutes et des pylônes haute tension, les communes traversées puissent bénéficier d’une redevance annuelle afin de compenser les nuisances supportées par le territoire.
Jeudi 17 Novembre 2011

Lu 1121 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com