La pépinière viticole cultive le made in France



"Indiquer produit en France sur l'étiquette bleue"

Premier producteur de vin du monde en alternance avec l'Italie, la France l'est aussi côté "racines du vin", c'est-à-dire pour ce qui est de la production de plants de vigne avec 220 millions de plants greffés en 2016. Néanmoins, on assiste à un affaiblissement de l'exportation:une valeur de 13 millions d'euros contre 50 millions il y a quelques années. Ce qui correspond à une hausse des importations, en provenance essentiellement d'Italie, Espagne et Slovénie. La profession, favorable aux échanges, n'en fait pas un drame. Elle entend cependant mettre toutes les chances de son côté dans un contexte concurrentiel. Tels sont les premiers enseignements que l'on peut retenir du congrès national de la Fédération Française de la Pépinière Viticole qui vient de se dérouler dans les murs très symboliques de la Cité du Vin, à Bordeaux.
"Notre priorité n'est pas l'export", a toutefois déclaré le président de la FFPV, le Girondin David Amblevert. Celui-ci a souligné devant la presse, et devant le représentant du ministre, que la profession demande qu'il soit ajouté de nouvelles mentions sur l'étiquette bleue accompagnant les plants de vigne "qui font office de passeport phytosanitaire européen". "Apposer le pays d'origine des greffons et porte-greffe, et le pays d'assemblage". Il demande également l'indication "produit en France" pour les plants obenus dans notre pays. Autre sollicitation en direction des pouvoirs publics:le renforcement des contrôles sanitaire des produits importés "qui doivent offrir les mêmes garanties."

"Créer une antenne technique régionale"

Une autre demande en direction de l'administration concerne la prévention du redoutable fléau de la vigne qu'est la flavescence dorée (un dépérissement des ceps de vignes), pour laquelle il est nécessaire d'assainir les plants, ce qui peut être fait par un traitement à l'eau chaude. Mais une température trop élevée, ou un temps de traitement trop long nuisent au taux de reprise. Suite à une expérimentation, il est demandé que le "couple degrés temps" soit réduit de 10 minutes, passant ainsi à 50°et 35 minutes (au lieu de 45 mn).
Le président David Amblevert a rappelé les atouts de la pépinière viticole française, en particulier sa technicité et sa compétitivité, laquelle fait l'objet d'un plan spécifique en Aquitaine. Les pépiniéristes français sont les seuls à pouvoir exporter en Chine et au Canada. Répondre aux besoins nationaux, assurer un service de proximité en direction des viticulteurs, constituent cependant des priorités aux yeux de David Amblevert. Pour mieux répondre aux défis des prochaines années- renoncement aux pesticides, résistance aux maladies, changement climatique- et alors que ces échelons ont disparu, le président de la FFPV suggère la création d'une antenne régionale technique expérimentale.
Les pépiniéristes se mobilisent par ailleurs avec les autres structures viticoles dans le cadre d'un plan de lutte contre le dépérissement de la vigne pour lequel une plaquette informative exprimant une série de conseils et de dispositions est diffusée. Une règle de base est l'anticipation des plantations trois ans à l'avance.

Le nouveau bureau de la FFPV
Jeudi 20 Octobre 2016

Lu 260 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com