Le CESE en panne de rapport sur l'état de la France



Le CESE à Paris (DR)
Le CESE à Paris (DR)
Bien qu'il s'agisse du seul rapport obligatoire pour le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) les membres de cette assemblée -la troisième de la République après le Sénat et l'Assemblée Nationale- n' ont pu ce mardi adopter le rapport annuel 2013 "sur l'état de la France" présenté par André-Jean Guérin (Groupe environnement et nature) au nom de la commission temporaire présidée par Philippe Le Clézio (Groupe CFDT).183 voix se sont exprimées au cours de ce vote : 75 voix pour, 62 voix contre et 46 abstentions. Les groupes entreprises, agriculture, artisanat, et CGT semblent avoir voté contre, ou du moins traîné les pieds en séance plénière. Or, pour être adopté, selon le règlement, le texte devait au moins recueillir 50% de voix "pour" ce qui n'a pas été le cas. C'est le bureau du CESE qui devra décider de l'avenir d'un texte élaboré au terme de 8 mois de travail. Mais il sera bien difficile de trouver une formulation qui recueille la majorité, tant les positions sont différentes. "Ce vote négatif est le reflet d’un débat vivant au sein de l’institution, et plus largement, des débats qui agitent la société. La vocation du CESE n’est pas de faire consensus sur tous les sujets, tente d'expliquer Jean-Paul Delevoye, président du CESE, mais précisément d’éclairer le politique sur ce qui pose question à notre société. »
De son côté France Nature Environnement interroge:" Que signifie l’attitude des entreprises, de l’artisanat, de l’agriculture et des professions libérales qui ont voté contre ? Une préférence pour l’immobilisme face aux enjeux qui impactent déjà l’économie française, ou le souhait de se retrancher derrière de permanentes revendications de court terme quels que soient les sujets abordés ? Une incapacité pour certains groupes au CESE à se projeter dans le temps long en prenant acte de la nécessaire mutation de la société ..."

Croissance ou croissance zéro?

Cette impasse nationale en dit long sur l'ambiance actuelle ainsi que sur des visions de l'avenir diamétralement opposées. Les salariés réclament de l'emploi et la garantie de salaires, des SMIC dans tous les pays de l'UE. Les mouvements écologistes du "durable" et .. de l'écologie, ce qui n'est pas nécessairement une façon de favoriser la croissance. On peut d'ailleurs se demander si ce n'est pas là que le bât blesse. Jean-Paul Delevoy évoque les débats qui agitent la société. En voici un exemple. Bien que ne se rapportant pas à la situation au CESE, un observateur aussi averti que Jean-Marc Sylvestre (Newsletter) dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas: "Quand on observe la façon dont les écologistes fonctionnent dans l’appareil d’État, quand on fait le bilan de leur action au gouvernement, quand on liste leurs projets, leurs ambitions, leurs perspectives, tout se passe comme s’ils s’étaient fixés comme objectif de ruiner l’économie française. L’ambition affichée est légitime mais les moyens mobilisés sont irresponsables. Tout ce qui est revendiqué par les responsables écologistes, demandé et obtenu dans le but de protéger « l’environnement, réduire les pollutions et protéger l’avenir de la planète » revient systématiquement à diminuer le rythme de la croissance, diminuer les activités économiques, et aboutir à la croissance zéro."
G.G.
Mercredi 9 Octobre 2013

Lu 127 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 18 Juillet 2017 - 17:16 Trois jours de braderie d'été à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com