Le Conseil Economique Social et Environnemental relance la bataille de l'eau



Ph Arvalis
Ph Arvalis
Le gouvernement, comme la société ont décidément du mal à comprendre ce qui se passe sous leurs yeux au plan européen et mondial en matière économique, domaine où il ne faut pas conserver la tête dans les nuages. En matière d'industrie métallurgique la cause semble être entendue:on laisse cela aux autres. On pouvait penser que le pays conserverait au moins l'agroalimentaire, or, rien n'est moins sûr. Le ministère de l'agriculture, et donc le gouvernement, préparent une loi d'avenir de l'agriculture prenant en compte "le produire autrement" cher à Stéphane Le Foll, projet axé sur l'agro-écologie. Mais les acteurs de l'agriculture productive et de l'industrie alimentaire, bien que conscients des impératifs écologiques, ne peuvent se laisser enfermer dans un piège théoricien vert qui aboutit à réduire production, productivité, et compétitivité. Pas question pour les uns et les autres de revenir à la conception autarcique de la production agricole. Ou alors on vivrait bientôt des arrêts de "hauts fourneaux" agroalimentaires....
Pourtant le mouvement anti-productif vient de recevoir le renfort d'un avis sur l'usage de l'eau du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) lequel n'a pas été voté par la FNSEA, le groupe agriculture, ainsi que par les représentants des entreprises, de l'artisanat , et des professions libérales. Il faut dire que le rapport présenté au CESE est celui de Florence Denier-Pasquier, également vice-présidente de France Nature Environnement. L'avis préconise un meilleur équilibre entre les usagers de l'eau, ce qui signifie de nouvelles contraintes et une fiscalité alourdie pour les agriculteurs. La taxe sur les phytosanitaires serait majorée; il serait créé une taxe sur les engrais minéraux, et la réalisation de retenues d'eau collectives se trouverait réservée aux projets "alternatifs"...

Christiane Lambert (FNSEA):"c'est un plaidoyer pour le bio"

Christiane Lambert (copie d'écran Tv5)
Christiane Lambert (copie d'écran Tv5)
"Cet avis , a déclaré Christiane Lambert au nom de la FNSEA, est un plaidoyer en faveur d’un modèle agricole particulier, privilégiant les productions biologiques, à bas intrants et de proximité. L’intérêt de ces pratiques n’est pas contestable. Ce qui l’est, c’est de laisser penser qu’elles peuvent répondre à toutes les préoccupations de notre société et à l’accès des plus démunis à une alimentation saine et de qualité ; c’est de passer sous silence la diversité de l’agriculture française comme la dynamique du secteur, constitué de 500 000 exploitations agricoles, de plus de 10 000 PME agroalimentaires, générant -avec les entreprises de service- 3,5 millions d’emplois ( 13% de la population active) essentiels pour l’équilibre des zones rurales.(.....)Comment ne pas admettre la nécessité et l’urgence d’accroître la disponibilité en eau nécessaire à l’usage des populations et à l’irrigation des cultures dans un contexte de changement climatique avéré ? L’hiver 2012-2013 nous l’a rappelé sans détour avec une pluviométrie trois fois plus élevée que la normale depuis le mois d’octobre. Comment ne pas comprendre qu’il est vital pour un éleveur de vouloir sécuriser les fourrages destinés à nourrir ses animaux ? Nous voulons rappeler avec force que l’irrigation est la première assurance climatique de l’agriculteur, qu’elle protège son revenu et lutte ainsi contre la déprise agricole en favorisant l’installation de jeunes agriculteurs..."
En revanche France Nature Environnement pavoise et regrette que ce qu'elle considère comme un compromis n'ait pas été approuvé par le groupe agriculture. Et d'affirmer dans un communiqué:"une fois de plus, en ne votant pas l’avis, le syndicat majoritaire de la profession agricole et les coopératives font preuve de leur conservatisme et de leur difficulté à dialoguer rationnellement lorsqu’il s’agit de l’avenir de l’agriculture, contrairement à d’autres représentants de la profession, moins dépendants de l'agro-industrie. Ceci expliquant sans doute cela. Comment ne pas voir en effet la main des lobbies dans ce vote "contre" alors que l’avis est modéré et propose aussi des pistes pour financer la mutation nécessaire d’une part de l’agriculture.."...
Mercredi 24 Avril 2013

Lu 246 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES







Parenthèse à Bordeaux Saint-Jean

Un clip de la Sncf sur la gare de Bordeaux rénovée.

14/06/2017






Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com