Le revenu agricole devrait être globalement en baisse en 2011


Légumiers qui pleurent et maïsiculteurs qui rient... Comme toujours la moyenne des chiffres cache de fortes disparités


Le maïs tire son épingle du jeu (N.Cornec,Arvalis)
Le maïs tire son épingle du jeu (N.Cornec,Arvalis)
La Commission des comptes de l’agriculture de la Nation qui s’est réunie ce 20 décembre afin d'examiner les perspectives de revenu pour l'année 2011 a détecté plusieurs évolutions négatives après l'embellie qui avait marqué l'année précédente. Le ministère de l'Agriculture commente ces prévisions:
3,6%de moins- "Après le redressement intervenu en 2010, le revenu des exploitations agricoles connaît une légère inflexion en 2011(-3,6 % en euros constants). Après les fortes fluctuations connues entre 2006 et 2010, ce résultat témoigne d’une moindre volatilité du revenu, qui, sur les trois dernières années, s’améliore en tendance. Avec 30 200 euros en moyenne par actif, le revenu agricole en 2011 en France devrait se situer au même niveau qu’en Allemagne. L’année 2011 est marquée par une production dynamique mais aussi par la forte croissance des coûts de production, liée à la hausse des cours des matières premières et des prix des produits pétroliers depuis le milieu de l’année 2009. Cette hausse des coûts des consommations intermédiaires pèse sur le résultat de l’ensemble des exploitations.
Le coût de l'aliment- Les exploitations tournées vers les productions végétales ont eu, en 2011, des dépenses accrues en engrais. Dans le secteur de l’élevage, le coût de l’alimentation animale, bien que stabilisé en fin d’année, a un impact sur le revenu. Mais celui-ci est compensé par une évolution favorable des prix dans l’élevage bovin laitier et l’élevage avicole. La sécheresse du printemps a également provoqué des achats supplémentaires d’aliments ou de fourrages variables selon les régions. Face à ces difficultés, des mesures de soutien exceptionnelles ont été prises dans le cadre des procédures de gestion des risques. En plus des avances déjà versées, le solde des indemnités, qui sera versé d’ici fin janvier, contribuera à compenser la baisse du résultat des éleveurs de bovins allaitants. Malgré les mesures nationales et européennes d’urgence, le secteur des fruits et légumes a pâti des conditions climatiques et de la crise sanitaire en Allemagne".

Le secteur céréalier est impacté par la sécheresse, sauf le maïs dont la production progresse, favorisé par la pluviométrie estivale. La stabilisation des prix aux niveaux élevés de 2010 conduit globalement à une stabilité des recettes face à des coûts de production en hausse. En revanche très mauvaise année pour le secteur des fruits et légumes: le revenu de ces exploitations baisserait de 16 à 39%. La branche légumière ne s'est pas remise des péripéties de l'épidémie survenue en Allemagne qui avait conduit à accuser faussement le concombre. Côté vigne cela va mieux grâce au redressement des exportations et des prix.




Mardi 20 Décembre 2011

Lu 442 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Lundi 26 Juin 2017 - 19:37 Le chômage encore en hausse

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com