Les évêques à Lourdes: l'enfant a le droit se savoir


La bioéthique et la crise sociale au centre des réflexions de la conférence des évêques de France à Lourdes


Les évêques à Lourdes:  l'enfant a le droit se savoir
L'actualité se traduit parfois par des coïncidences lourdes de sens, et pour lesquelles on peut se demander si elle sont seulement le fruit du hasard, et si elles ne se produisent pas pour nous inciter à la réflexion. Ainsi pendant que l'on apprenait la naissance dans un hôpital de Clamart, de jumeaux issus de congélation d'ovocytes, résultat des prouesses du professeur René Frydman, père du premier bébé éprouvette français, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, président de la conférence des évêques de France, s'inquiétait, dans son discours d'ouverture de la session 2010 de cette conférence, à Lourdes, du contenu de la loi sur la bioéthique qui est en cours d'examen par le Parlement. A ses yeux la question du respect de l'embryon humain reste préoccupante. L'Eglise se satisfait de l'interdiction de son utilisation à des fins de recherche, mais elle craint que les pressions économiques ou autres fassent s'écrouler les barrières. Elle pose surtout la question des origines de l'enfant que les "parents" veulent à tout prix. Ceux-ci ne devraient-ils pas savoir que l'enfant ne se conçoit pas uniquement pour eux, mais aussi pour lui, cet enfant, qui deviendra adulte, et qui sera soucieux de son ascendance ? L'Eglise considère qu'il a le droit de savoir. André Vingt-Trois a en effet déclaré à Lourdes:
"Par ailleurs, les débats sur l'accès à la connaissance des origines pour les enfants nés de Procréation Médicalement Assistée avec tiers donneur, mettent en lumière l'impasse dans laquelle nous sommes engagés par cette pratique. Vouloir satisfaire à tous prix le soit disant « désir d'enfant » entraîne à des conflits insolubles de droits. Il est légitime que des enfants aient accès à leurs origines comme un moyen d'établir leur filiation et leur insertion dans la chaine des générations. Ce désir bien compréhensif entre en contradiction avec les exigences de l'anonymat dont on comprend aussi le bien-fondé tant pour les donneurs que pour les parents. Cette contradiction n'est pas seulement une contradiction formelle et juridique. Elle résulte d'une erreur objective : la manipulation délibérée de la filiation, qui n'est ni dans l'intérêt de l'enfant ni dans celui de la société."

Retraites: on a trop attendu....

Par ailleurs, dans le discours d'ouverture de cette conférence, le cardinal André Vingt-Tois, a souligné que cette session est marquée par une crise sociale qui entraîne des blocages, en particulier celui du diialogue. A ses yeux, il n'appartient pas à l'Eglise de définir le solutions politiques et techniques, mais plutôt de souligner les "risques". Elle l'a fait, rappelait-il, à quatre reprises, à l'occasion des sessions précédentes. Notamment ce constat de 2008 :" Si la redistribution des revenus et des richesses peut séduire par son intention généreuse, nous ne pouvons pas éluder une question beaucoup plus radicale qui est celle de notre modèle de société. Partager des richesses est une attitude altruiste, mais le moment vient où nous devons prendre en compte les limites des richesses à partager. Comment pouvons-nous aider nos contemporains à intégrer dans leurs attentes le fait que notre planète n'est pas un réservoir indéfini de consommation possible ? »
Et celui de 2009: "Beaucoup de nos contemporains commencent à comprendre qu'une société plus juste et plus respectueuse de son environnement est nécessaire. Ils comprennent aussi que l'usage plus raisonnable des biens de ce monde appelle à une révision courageuse de nos modes de vie. Il ne s'agit plus seulement de militer pour des thèses vaguement écologistes. Le moment est venu de réfléchir et de décider comment réduire la consommation toujours croissante, souvent au détriment de pays moins développés qui subissent les dommages de notre traitement de la nature».
Et Andre Vingt-Trois d'expliquer: "j'ai choisi de reprendre, parmi d'autres, ces quatre extraits de nos sessions des années écoulées pour nous rappeler que les difficultés rencontrées aujourd'hui n'étaient pas tout-à-fait imprévisibles. En effet, la réforme des retraites impose des changements dans la solidarité intergénérationnelle et ces changements s'inscrivent dans une évolution plus globale de nos modes de vie. Un certain nombre de responsables politiques y ont travaillé depuis des décennies, sans pouvoir aboutir aux décisions structurelles souhaitables. Faute que tous les partenaires se soient engagés fermement à temps dans les réformes nécessaires, nous nous retrouvons devant un blocage du dialogue social dont notre pays fait trop souvent l'expérience quand il est confronté à des décisions importantes."
Jeudi 4 Novembre 2010

Lu 1083 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 6 Septembre 2017 - 17:45 La plus haute tour en bois de France à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com