Les producteurs de lait français déçus

Ils attendaient mieux que la création d'une commission



Tandis que se tenait à Bruxelles une réunion informelle des ministres de l'agriculture consacrée à l'examen du dossier du lait, l'APLI (Association des Producteurs de Lait Indépendants) plaçait ses troupes en quelque sorte l'arme au pied dans l'attente des décisions éventuelles de ce sommet européen. Les producteurs étaient en effet appelés à pique niquer dans les cours des laiteries dans l'attente d'apercevoir la "fumée" bruxelloise. C'est le cas de ceux du Lot-et-Garonne comme l'indiquait la présidente de la Coordination Rurale de ce département Sylvie Girard. Ils étaient appelés à se rassembler aux laiteries de Broc (Temple-sur-Lot), Ladhuie (Fumel), des Chaumes (Saint-Antoine de Breuilh). D'autres rassemblements spectaculaires avaient lieu en Loire-Atlantique et en Bretagne. 5000 producteurs manifestaient également à Bruxelles.
Coordination Rurale et Confédération Paysanne n'entendent pas laisser la main à la FNSEA qui n'a pas soutenu la grève, mais qui selon les responsables des syndicats mobilisés veut maintenant "récupérer" le mouvement. La formation de Jean-Michel Lemétayer annonce en effet des journées régionales d'action pour tous les secteurs en crise -presque tous- le 16 octobre prochain. Sur la question du lait, la commissaire européenne n'est pas disposée à modifier ses positions. Pas question de revenir sur la PAC, et toujours question de favoriser la "restructuration" du secteur laitier. Le rêve de l'économico-technocratie est toujours de faire des usines à lait. En tout cas il s'est confirmé qu'il ne fallait pas attendre grand chose de la réunion de ce jour Bruxelles.

La Coordination: une réunion pour rien

Ainsi en fin de journée, la tendance était à la déception. Seul le ministre de "l'Alimentation" et de l'Agriculture, Bruno Le Maire, se félicitait que les propositions des 20 et de la France aient été retenues. Une commission va en effet être créée pour étudier des mesures de régulation du marché européen du lait. Mais l'EMB, l'APLI et les producteurs qui se sont mobilisés dans la grève attendaient autre choses que la création d'une commission prometteuses de palabres. Le président de la Coordination Rurale, les leaders des organisations spécialisées, et même le président des jeunes agriculteurs ont exprimé leur vif mécontentement.Il est ainsi à craindre que la colère monte encore d'un cran dans les campagnes.
Ce mardi 6 octobre la Coordination Rurale estime "qu'il s'est agi d'une réunion pour rien" et que "l'autisme" des ministres va entraîner "la remobilisation". Bruno Le Maire préfère quant à lui se rendre aux Etats-Unis que participer au Sommet de l'Elevage de Cournon-Clermont-Ferrand où la Confédération Paysanne doit donner mercredi, une conférence de presse.
"A Bruxelles rien de nouveau" s'exclame également la FNPL (FNSEA) après avoir indiqué sur son site le faible impact de la récente grève du lait organisée par ses concurrents. "La réforme laitière engagée en 2003 ne subit pas la moindre inflexion".
Lundi 5 Octobre 2009

Lu 626 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com