Mauvais temps pour l'agriculture et la sylviculture en Aquitaine


Baisse du revenu agricole, conséquences de la tempête de janvier, crise, et volatilité des prix inquiètent la profession, en particulier en Gironde.


Mauvais temps pour l'agriculture et la sylviculture en Aquitaine
Le président de la chambre d'agriculture de la Gironde, Bernard Artigue, au cours d'un tour d'horizon prononcé à l'occasion de la session qui se déroulait à Biganos, à deux pas de la papeterie de Facture, a évoqué les nuages qui s'accumulent sur les activités agricoles, viticoles, et sylvicoles dans le contexte de crise actuel. "Tous les secteurs, a t-il souligné, connaissent une dégradation de leur revenu. En lait, l'embellie a été de courte durée. En viticulture le résultat a été masqué par de très fortes disparités selon le type de production, et les demandes d'arrachage ont témoigné des difficultés persistantes dans certaines régions. Dans le Bordelais l'année a été marquée par une baisse de près de 40% des transactions".
Quant à la forêt de pins maritimes, elle a été décimée dans sa partie landaise et girondine par la tempête Klaus du 29 janvier. 40 millions de m3 de bois sont à terre, soit l'équivalent de sept ans de commercialisation en temps normal. Besoins et financements étant partout en berne, c'est toute la filière européenne du bois qui est en crise, comme l'indiquait le représentant de l'interprofession forestière, Yves Lesgourgues. Au point que les sylviculteurs en sont réduits à presque donner leur bois.
Alors que les professionnels réclamaient l'aide des pouvoirs publics sous forme d'indemnisation, c'est un système de soutien basé sur l'exploitation des bois qui leur est proposé. Avec, selon le sylviculteurs, des insuffisances de financement et beaucoup de retards.

Convention agriculture-commerce et industrie

Mauvais temps pour l'agriculture et la sylviculture en Aquitaine
Près de 2000 représentants de la filière bois ont manifesté leur mécontentement à Bordeaux, vendredi 10 avril, et une rencontre entre une délégation et le préfet de la région Aquitaine n'a fait que confirmer le fossé qui existe entre les demandes de la profession et le plan gouvernemental. Le président du Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest, Jean-Louis Martres, a pourtant écrit au président de la République en demandant l'indemnisation,seule disposition qui selon lui, est susceptible à encourager les sylviculteurs à reboiser.
Les Comptes de l'Agriculture ont fait ressortir une baisse de revenu 15,4% par actif familial en 2008, ce qui ramène le "salaire" de l'agriculteur au niveau de 2002. "Le prix des céréales a été divisé par deux en quelques mois,alors que celui des engrais et des aliments a poursuivi sa progression". Ce constat conduisait Bernard Artigue à affirmer:" Dans ce contexte de crise, cette baisse du revenu agricole est particulièrement préoccupante. L'extrême volatilité des prix démontre toute la nécessité de maintenir ou de réinventer des instruments de régulation des marchés. Il serait impossible de maintenir des producteurs avec des prix qui font le yo-yo".
Dans ce contexte, la tendance est à se serrer les coudes, aussi bien entre agriculteurs qu'entre professions. C'est ainsi qu'une convention de partenariat qui étend des coopérations déjà engagées a été signée entre le président de la chambre d'agriculture de la Gironde, Bernard Artigue, et Yves Ratel, président de la CCI de Libourne.

Samedi 11 Avril 2009

Lu 1427 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com