Polifonia: le Pélerinage de la Rose de Schumann et de beaux projets


PAYSUD-TV-En ces temps de difficultés économiques la musique et le chant peuvent nous emmener vers d'autres formes de satisfaction, ou devenir un mode d'expression des états de l'âme comme aurait écrit George Sand. C'est donc une grande chance de voir, en dépit de la dureté des temps, que les programmes ne souffrent pas trop de la crise. Ainsi à Bordeaux, Polifonia-Eliane Lavail, non seulement poursuit des activités lancées il y a maintenant 38 ans, mais continue d'avancer sur des terrains parfois peu prospectés, et même sur celui de la création.


Eliane Lavail et une équipe

Polifonia: le Pélerinage de la Rose de Schumann et  de  beaux projets
Eliane Lavail, dont il n'est plus besoin d'évoquer l'implication et les mérites en matière de direction de groupe vocaux et de direction d'orchestre, fut à l'origine de la naissance de l'association devenue par la suite "Polifonia-Eliane Lavail", et dont l'intervention axée à Bordeaux et sur la rive droite de la Garonne, s'étend maintenant parfois aux collaborations avec l'Opéra de la métropole aquitaine, et même au-delà des frontières. En 2007 l'Ensemble Vocal n'a-t-il pas chanté à Pékin, et en chinois avec un groupe de ce pays? L'Association compte aujourd'hui autour de 400 membres Elle est présidée par un chef d'entreprise, Daniel Chrétien, et réunit l'ensemble des structures dirigées par Eliane Lavail, dont l'Ensemble Vocal d'Aquitaine, les Choristes de Cenon, la JAVA, (Jeune Académie Vocale d'Aquitaine) le Madrigal de Bordeaux, et l'orchestre de musiciens professionnels "Aquitaine-Hauts-de-Garonne". La difficulté est bien sûr de faire vivre financièrement une telle "galaxie" artistique. C'est la mission qui revient au président qui affirme que son rôle se limite à "l'administratif", et souligne que tout le reste est accompli par la directrice musicale Eliane Lavail et le délégué général de l'Association Bernard Causse. Daniel Chrétien est cependant loin d'être étranger à la démarche artistique:il fait partie de l'Ensemble vocal d'Aquitaine. Pas plus que Bernard Causse à propos duquel le président dit: "c'est lui qui s'occupe de tout!". Bernard Causse dispose lui aussi d'une voix (baryton), et non seulement il tient fréquemment le rôle qui lui revient, mais il est le pilier des diverses initiatives. De son côté Eliane Lavail se félicite que l'Association soit présidée par un chef d'entreprise, position qu'elle estime préférable à celle de musicien dans la quête des subventions. "C'est difficile, remarque-t-elle, mais jusqu'ici le conseil général, la Région, la ville de Cenon avec un partenariat autour des jeunes choristes, et l'Etat à travers la DRAC nous ont suivi".b[

Recherche et ouverture

Le succès que rencontrent les initiatives de Polifonia, notamment dans les expériences concernant les zones méconnues du classique et celles en direction de populations naturellement peu portées vers ce genre artistique, n'y sont sans doute pas étrangers. Dernièrement la messe de Berlioz cathédrale Saint-André à Bordeaux, fut une réussite, comme le Carmina Burana associant le hip-hop de Bouba à Cenon. "On s'aperçoit, affirme Eliane Lavail, que les barrières ne sont pas aussi infranchissables qu'on le dit parfois. Ce genre de collaboration a montré que des jeunes peuvent s'intéresser aux plus célèbres morceaux classiques". Inversement des "classiques" ont pu découvrir cette étonnante expression qu'est le hip-hop. Pour Polifonia, cela ne s'arrête pas là:le 29 mars prochain, elle est associée au "Mix'Up Battle" de la Benauge à Bordeaux. Au travers des différentes structures l'activité est intense:Bernard Causse constate qu'au cours de la dernière saison il y a eu quelque 52 concerts, soit un par semaine! On ne va bien sûr s'arrêter en si bon chemin. La reprise de Carmina Burana est au programme. Mais surtout deux grandes créations. L'une qualifiée de "planétaire," n'est pas encore révélée dans le détail par Bernard Causse. L'autre, mise en scène avec le Madrigal de Bordeaux, est une création inspirée d'Aristophane, et qui sera d'ailleurs titrée "Les Oiseaux".
A vos voix pour Verdi-Par ailleurs, Eliane Lavail, l'Orchestre Aquitaine-Hauts-de-Garonne, et l'Ensemble Vocal d'Aquitaine préparent pour cet été ( à partir du 12 juillet) au Domaine de Certes (Gironde) un morceau de choix :":les extraits d'opéras et le Requiem de Giuseppe Verdi. Nous aurons l'occasion d'y revenir. Mais sachez que Polifonia recrutera des chanteurs (ses) sur audition, du 31 mars au 10 avril (contact tél:05 56 32 69 56 ou 56 86 85 94).

Le Pélerinage de la Rose

Polifonia à travers l'Ensemble Vocal d'Aquitaine a présenté lundi 16 mars, au Temple du Hâ à Bordeaux,sous la direction d'Eliane Lavail, le Pélerinage de la Rose de Robert Schumann. Il s'agit d'une oeuvre tardive et peu connue du compositeur, créée avec Clara Schumann, et qui d'ailleurs, ne manque pas de féminité. Elle s'appuie en effet sur la rose, et sur un poème-légende à la gloire de la reine des fleurs, de Moritz Horn. Inutile de dire que le piano - à Bordeaux France Desneulin était au clavier- y occupe une place essentielle. Comme le texte, la musique de Schumann exprime un charme, un romantisme relativement tranquille à l'opposé de la fougue d'autres oeuvres du même compositeur. Le texte dont Eliane Lavail et Bernard Causse ont eu la bonne idée de prévoir la projection en français, nous conte avec une certaine naïveté le rêve d'une rose, mais on peut y trouver des curieuses coïncidences avec le contexte actuel, notamment en ce qui concerne la situation des étrangers. Il s'agit d'un oratorio qui pourrait être mis en scène comme un opéra, et dont le caractère représente la volonté de Schumann de produire une musique romantique accessible à tous.. Au cours de cette unique représentation de Bordeaux, on a pu vérifier combien le piano est le pilier de l'oeuvre, et apprécier l'excellent mariage entre la musique et les voix., par exemple au moment où les volutes de celle-ci évoquent celles du lierre. Beau succès par conséquent pour Eliane Lavail, l'Ensemble Vocal d'Aquitaine et les solistes, dont Geneviève Freyburger, soprano, qui était la Rose, Ardi Kocibelli, Michel Sarrazin ténors récitants, Noriko Lecroisey (alto, la Reine des Elfes), Anne-Lucie Vion (alto, Marthe), Bernard Causse (baryton, le Fossoyeur), Pierre Letang (baryton, le Meunier), et les deux autres sopranos, Emma Goddard et Clara de Bort (Marie Chavanel était souffrante).

Mardi 17 Mars 2009

Lu 4341 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com