Primeurs de Bordeaux: revue de printemps dans les châteaux


Le rideau tombe sur la semaine de dégustation des vins primeurs des grands crus -et des autres- du vignoble bordelais qui dans l'ensemble, a confirmé l'excellent niveau de qualité. Celle-ci va sans doute être le point de résistance à la baisse des prix programmée ,tout comme les coûts de production des propriétaires.


 Primeurs de Bordeaux: revue de printemps dans les châteaux
C'est une tradition typiquement bordelaise:dès que le vin est bon à tirer, il ne faut pas nécessairement le boire, mais le déguster avec parcimonie pour juger de son aptitude à être pleinement apprécié quelques années plus tard. C'est ainsi qu'au cours de la première semaine d'avril les portes des châteaux girondins s'ouvrent et que les crus les plus prestigieux, et les autres, se livrent au jugement des papilles du négoce, des courtiers, et des journalistes. Ce petit monde bénéficie du privilège de la découverte en avant première du millésime de l'année précédente et de se faire une idée du niveau de qualité d'un produit qui sera proposé "en primeur" à la vente, et livré à l'acheteur dans un an ou deux. Ce regard sur la qualité d'un vin qui, en principe, n'est pas encore terminé est d'une importance capitale en matière de détermination des prix. Pour l'acheteur il y a la perspective d'une "bonne affaire", voire d'une démarche spéculative. Il se peut que le château X livré dans trois ans lui coûte beaucoup moins cher que le même vin acheté en 2012. A moins que ce soit l'inverse! On le voit, c'est un peu comme la bourse. Or, précisément, on craint d'avoir payé trop cher le 2007....
L'année 2009 n'a pas failli à la coutume, et le rideau se baisse sur une semaine qui a vu beaucoup de véhicules emprunter les routes sinueuses qui sillonnent les vignobles ainsi que les allées des propriétés. Premier constat:l a crise dont on nous rebat les oreilles n'a pas compromis la circulation!

Saint-Emilion:Château Figeac de rêve

. Les salles de dégustation étaient elles-aussi bien remplies, comme par exemple à Château Figeac, Premier Grand Cru classé de Saint-Emilion. Comme nous pensons que lorsque l'on déguste un vin on se délecte aussi de l'image qu'il représente-ce que l'on peut aussi qualifier de rêve- nous soulignerons le charme des belles pierres de la demeure, comme l'exceptionnelle implantation des 40ha de vigne -avec une dominance laissée aux deux cabernets- sur la langue de grave de l'appellation. Point qui, au demeurant, garantit un effet terroir spécifique. Nous évoquerons aussi et surtout, l'accueil fort courtois et généreux en temps, en dépit de l'affluence, des maîtres des lieux, Thierry Manoncourt, le Comte Eric d'Aramon et son épouse. Un accueil que l'on ne retrouve pas nécessairement dans d'autres dégustations.
Château Figeac, comme le veut la coutume avait invité un certain nombre des propriétés voisines à présenter leurs vins. Ces derniers ont dans l'ensemble confirmé leurs aptitude à cohabiter pendant quelques heures avec l'un des plus prestigieux affichant leurs promesses pour l'avenir. A Saint-Emilion les 2008, lorsque leur expression sera achevée, devraient rejoindre le rang des meilleurs millésimes. Eric d'Aramon, souligne qu'il vise à élever un vin de charme marqué par sa finesse et par son élégance. Celui qui était en dégustation répondait parfaitement à cet objectif avec -déjà- des parfums floraux délicats,une belle limpidité s'appuyant sur une riche matière, et offrant au palais des notes de vanille et de fruits rouges.

L'effet qualité

 Primeurs de Bordeaux: revue de printemps dans les châteaux
On est don en présence d'un effet qualité bienvenu qui devrait inciter à l'achat à l'heure où la baisse est programmée. Cependant pour ce qui concerne château Figeac, Eric d'Aramon estime qu'il ne saurait être question de baisser les prix de 50%, vu que ses vins ne sont pas entrés comme d'autres dans les spirales de la spéculation. "Nous avons surtout fourni des vins qui se boivent". Il confirme cependant "qu'il y aura une baisse", mais il ne sait pas encore dans quelles proportions. L'excellente qualité du millésime, même si elle ne suffit pas à faire un marché, est quant à elle la condition i[sine qua non].
A Saint-Emilion on est étonné de la présence de plusieurs propriétés qui ajoutent à leur nom celui de "Figeac". Nous avons pu d'ailleurs déguster un château La Tour Figeac qui est loin de ternir le mot. Eric d'Aramon explique que Figeac, est tolérant envers ses voisins à propos du terme à condition que les vins produits soient de bon niveau. En revanche des actions en justice ont eu lieu, ou sont en cours, à propos "d'usurpateurs" moins regardants sut la qualité.

Le Médoc au top niveau

 Primeurs de Bordeaux: revue de printemps dans les châteaux
Dans le Médoc on n'était pas en reste avec des dégustations de l'Union des Grands Crus à Château Chasse Spleen à Moulis, des Crus Artisans à deux pas de ce domaine, ou encore de l'Alliance des Crus bourgeois au Château Clément-Pichon à Parempuyre. Les grands crus médocains sont eux aussi à la hauteur des espérances, et ils affichent parfaitement les caractéristiques de robe, de nez, et de dégustation de ces appellations. Nous découvrons par exemple un Château Clarke qui affiche les tons violacés typiques en même temps qu'une parfaite finesse de bouche.. Chasse Spleen est déjà à la hauteur de sa réputation avec sa couleur de robe équilibrée, des arômes encore contenus mais prometteurs. Nous apprécions toutefois la différence de château Coufran avec une matière charnelle et colorée, un nez complexe, et des arômes encore discrets, mais particuliers..
De leur côté, les crus artisans montrent qu'ils n'ont pas à rougir de leurs propriétés généralement plus modestes. C'est le cas des châteaux Begadan, Garance-Haut-Grenat, La Tour Bel Air... Mais on est pas davantage qu'à Saint-Emilion prêt à brader les vins; "Si je baisse de 50% je ne gagne plus ma vie "affirme Laurent Rebès (ch. Garance) dont le vignoble ne dépasse pas 5ha..
De leur côté les crus bourgeois de l'Alliance qui réunissent 260 professionnels ont manifesté à Clément-Pichon, leur retour en force en groupe. L'Association ne réunit pas moins de 260 adhérents, et le nouveau millésime de 185 châteaux était offert à la dégustation. Incontestablement la production de 2008 affirme avec plénitude les caractéristiques des crus du du Médoc. Côté avenir de la dénomination, le dossier semble sur la voie de sa conclusion après les péripéties des dernières années. Frédérique Dutheillet de La Mothe, directrice de l'Alliance, explique que cet aboutissement passe par la démarche qui vient d'être adoptée, celle de "la reconnaissance Cru Bourgeois" et qu'elle devrait être effective pour le millésime 2009. Nous aurons l'occasion d'y revenir.
Vendredi 3 Avril 2009

Lu 1075 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 18 Juillet 2017 - 17:16 Trois jours de braderie d'été à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com