Quand la tempête déracine un système sylvicole


La tempête du 26 décembre 1999 avait déjà fortement ébranlé les convictions, si ce n'est les vocations à travers toutes les Landes de Gascogne qui vont du sud du département des Landes au Blayais, et bien souvent, ce n'est que par les encouragements des animateurs des structures professionnelles, et au regard des aides de l'Etat, que les sylviculteurs sinistrés, s'étaient mis à dégager leurs forêts de pins maritimes et à replanter; Mais pour mener à bon port un pin maritime, il faut une bonne quarantaine d'années. Sans tempête. Or, il en survient une neuf ans après celle de 1999 avec un impact supérieur dans le département le plus forestier, celui des Landes. Peut-on dans ces conditions se décider à recommencer? Les aides à la reconstitution du massif forestier terrassé seront-elles un bon investissement pour la collectivité? Ces questions vont inévitablement se poser.


Monoculture en question

La grande faiblesse du pin maritimedu côté de Saucats, en Gironde (ph Paysud)
La grande faiblesse du pin maritimedu côté de Saucats, en Gironde (ph Paysud)
Pourtant la tempête de 1999 n'était plus qu'un vieux souvenir, et les sylviculteurs s'étaient remis à y croire. Et, ironie du sort, ils venaient de mettre sur pied un système interprofessionnel qui, moyennant une contribution de 0,5% sur les ventes de bois sur pied, et de 0,15% des industriels sur leur chiffre d'affaire, allait permettre d'améliorer la promotion, la compétitivité, l'utilisation du bois de pin et la recherche, ainsi que la certification durable. Une nouvelle fois des horizons prometteurs se laissaient entrevoir pour une filière qui comporte les sylviculteurs, (il s'agit d'une forêt cultivée) les scieries, l'industrie papetière. Soit 34 000 emplois directs, près de 40 000 sylviculteurs, et un chiffre d'affaire annuel de 2,6 milliards d'euros. Or, en moins de 8 heures d'éléments en folie, 60% -selon les premières estimations- des pins maritimes de ces zones sablonneuses sont tombées parterre. Les dégâts seraient deux à trois fois supérieurs à ceux de 1999. Ni la faute à Voltaire, ni à Rousseau, mais au Ciel. Tout de même aussi un peu à l'homme. Disons-le:la monoculture du pin maritime va maintenant devoir affronter un autre genre de tempête. Il serait surprenant en effet que les écologistes ne montent pas au créneau pour dénoncer la monoculture du pin.

Le robinier ne rompt pas

On remarque cependant la réaction mesurée de France Nature Environnement, qui recommande de tirer les leçons de 1999, et considère que la priorité est aux aides d'urgence. Mais le président de FNE Pierre Lefêvre,qui estime que la question est de savoir si ces tempêtes peuvent se reproduire fréquemment, déclare:"pour l'avenir il faudra réfléchir ensemble à la reconstitution la pus adaptée,la plus résiliente, la plus à même de faire face". D'autres poseront peut-être le problème de façon plus abrupte. On peut en effet se demander si l'heure de la diversification n'a pas sonné pour ces Landes de Gascogne. Le pin maritime depuis la loi du 19 juin 1857 s'est répandu dans cette région avec son rôle fixateur des dunes, et il est à craindre qu'un brusque abandon aurait des conséquences catastrophiques. Mais le temps est venu de s'intéresser aux initiatives de diversification. Ainsi les plantations de robiniers (acacias) encouragées par la société Aternabois de Philippe Lorette (33-Saint-Jean-d'Illac) n'ont absolument pas plié sous le vent. Cette essence qui offre un bois permettant de multiples utilisations est dépourvue de feuillage en hiver, offrant ainsi moins de prise au vent, et elle est de plus, dotée d'un système racinaire pivotant. Peut-être existe-t-il d'autres végétaux susceptibles d'être implantés dans ces sols sableux et parfois marécageux? Le maïs si critiqué, avec une conduite en assolement, n'est-il pas lui aussi à valider? Mais bien sûr pas question d'enterrer la filière pin maritime. L'après-tempête sera donc une dure période pour la filière bois d'Aquitaine, d'autant qu'il se pourrait que les achats espagnols soient , cette fois, peu importants. Que faire de ces jonchées de troncs?
Lundi 26 Janvier 2009

Lu 2004 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 25 Octobre 2017 - 18:46 Le voilier russe MIR fait escale à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com