Vinexpo: la France vinicole s'accroche à l'exportation



L'inauguration (Ph Demesure / Kerveno)
L'inauguration (Ph Demesure / Kerveno)
La filière viti-vinicole française, représentée plus ou moins directement, dans le cadre de Vinexpo 2011, considère que le savoir-faire français est une des clefs pour se développer à l’étranger. "Le repas gastronomique des Français, inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO, met l’univers de la table en émoi, depuis novembre 2010. Ainsi, lorsque le plus grand salon international dédié à la profession des vins et spiritueux se tient à Bordeaux, ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, plusieurs univers qui symbolisent le savoir-faire français se rencontrent." « L'aura qui existe autour des vins de Bordeaux et la valorisation de la gastronomie nationale favorisent le développement des exportations françaises, concernant autant les petites maisons que les Grands Crus », ajoute Allan Sichel, Président de la Fédération des négociants de vins de Gironde. Lors de l’inauguration, M. Bruno Le Maire, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, allait dans le même sens en ajoutant: « L’avenir du vin français se joue à l’extérieur du territoire. Nous devons concentrer nos efforts pour préserver la typicité des vins et renforcer l’efficacité commerciale. En réunissant ces deux atouts, qualité et unité, le vin français deviendra invincible. »
Bons chiffres, mais...- Au premier trimestre 2011, les exportations de vins français ont augmenté de 10,3% en volume et de 20% en valeur (par rapport au premier trimestre 2010). Ce qui place la France au premier rang des exportateurs de vin, en valeur. On le voit, chacun se tourne vers l'exportation, la consommation hors Hexagone, voire hors Europe, pour trouver des raisons d'optimisme. Car, c'est une banalité de le rappeler:le contexte est moins réjouissant sur la marché intérieur où la consommation de vin est découragée en permanence. Cela ne revient-il pas à dire aux autres: "consommez ce que nous ne jugeons pas bon pour nous"? Il est surprenant que les spécialistes de marketing oublient que l'avenir d'un produit agroalimentaire n'est assuré que s'il bénéficie d'une bonne assise de consommation "locale." De plus, les analyses officielles survolent l'inégalité des producteurs devant le marché. Est-il justifié que le prix du tonneau ne soit pas, dans de nombreux cas, plus élevé que le prix de la bouteille de grands crus réputés? Le faste de Vinexpo et les perspectives internationales ne font pas oublier la dure réalité situation française.
G.G.








Lundi 20 Juin 2011

Lu 696 fois
Notez


Paysud tv | PaysudScope | Alimentation | Art classique | Café pays | Cinéma et tél. | Cuisine | Economie | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Société | Talents d'ici | Tourisme | Régions | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir






La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014






Recevez notre infolettre


Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click