Alain Rousset: "le gouvernement se préoccupe des grandes villes mais pas des régions"



Capture d'écran direct France3 N-A
Capture d'écran direct France3 N-A
C'était, ce jeudi, au tour d'A. Rousset, président de la Nouvelle Aquitaine, de prononcer depuis l'Hôtel de la grande région à Bordeaux, ses voeux à la presse. Cela après l'avoir fait depuis les antennes décentralisées, notamment à Poitiers, où il a rencontré la grogne des personnels qui vivent mal des conséquences de ce que certains qualifient de fusion-absorption. En fait, comme c'était prévisible, on découvre aujourd'hui les effets pervers de cette folie des grandeurs dans la décentralisation.
Ceci en dépit de la bonne volonté du président de la N-A qui s'est encore une fois efforcé de rassurer depuis Bordeaux, mais qui souligne lui-même les handicaps, lorsque parlant de l'aménagement du territoire et des mobilités, il évoque les difficultés de déplacement entre Bordeaux et Limoges. Ou encore lorsqu'il rappelle que la Nouvelle-Aquitaine est l'une des régions qui avait à réorganiser trois administrations, ce qui n'était pas le cas de la majorité d'entre elles.
Côté presse, il a noté les difficultés économiques que celle-ci rencontre parfois, et il a conseillé aux journalistes d'être critiques. "J'ai besoin de votre réflexion " a-t-il affirmé, avant, un peu plus tard, se féliciter du succès des récentes Tribunes de la presse. On eut aussi aimé connaître son point de vue à propos de la loi sur la presse dite des fake news que prépare le gouvernement, laquelle risque d'entraver la liberté de l'information. Alain Juppé avait lui-aussi fait l'impasse....
  • PS:CHANGER DE LOGICIEL
Alain Rousset se montre assez critique aussi bien en direction des siens que du gouvernement. Concernant le PS "dont il constate que le montant de son adhésion a été prélevé sur son compte" (manière de dire qu'il y reste) il déplore l'absence d'un débat d'idées visant à définir un projet politique portant notamment "à se réconcilier avec l'entreprise". A ses yeux s'il ne s'agit que reproduire la lutte entre des personnalités -et seulement d'une élection- "cela ne marchera pas". Mais il faut aussi, estime-t-il, que le PS se penche sur la précarité et la pauvreté. Alain Rousset -qui affirme porter un projet- voudrait "changer le logiciel".
  • "COMBIEN D'APPRENTIS CHEZ M .GATTAZ?"
Pour ce qui est des initiatives gouvernementales le président aquitain déplore la suppression brutale des emplois aidés et se montre préoccupé de la réforme de la formation et de l'apprentissage et de leurs conséquences sur les territoires. Au passage il dit ne pas croire à la théorie du ruissellement "même entre riches et pauvres" . Il s'interroge sur l'implication du MEDEF et pose cette question: "combien d'apprentis M. Gattaz emploie-t-il dans son entreprise?"
Concernant le dossier de Notre Dame-des-Landes le président de la Nouvelle-Aquitaine paraît assez embarrassé: "c'est une décision qui interpelle. Il y a eu un référendum. On ne peut pas accepter que 40 personnes bloquent un projet..." Un peu plus de détermination à propos des perspectives de création de péages (ndlr:retour de l'octroi?) à l'entrée des villes dont Bordeaux : "le gouvernement se préoccupe des grandes villes mais pas des régions..."
G.G.
Jeudi 18 Janvier 2018

Lu 194 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018