La LGV est absolument nécessaire selon la région Aquitaine



Le projet de tracé fait débat au Pays Basque
Le projet de tracé fait débat au Pays Basque
Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, et Bernard Uthurry, premier vice-président en charge des Infrastructures et des Transports, participeront demain, ce jeudi 23 juin, au comité de pilotage du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest organisé par Patrick Stefanini, préfet de la région Aquitaine et préfet coordonnateur des études GPSO.Ayant pris connaissance du rapport sur les grands projets ferroviaires du sud-ouest (GPSO), rendu par le conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), ils rappelleront ,souligne un communiqué de la Région, "que les conclusions, assises sur une analyse rigoureuse et explicitées de manière très pédagogique, viennent clairement conforter l'impérieuse nécessité du projet GPSO ». La région Aquitaine fait l'analyse suivante:
1 - Les hypothèses de trafic retenues par RFF sont jugées « prudentes ».
·-RFF a adopté des hypothèses macro-économiques qualifiées par le CGEDD de « base solide » (pour le PIB), de « pas particulièrement favorables au ferroviaire » (pour le prix des carburants), voire de « sous-estimées » (pour la règlementation).
-RFF a bien intégré la crise économique sévère que connaissent l'Espagne et le Portugal, et fortement révisé à la baisse les hypothèses retenues lors du débat public de 2006 (la « décennie perdue »).
- Il a bien pris en compte le temps d'adaptation nécessaire du système ferroviaire espagnol pour adopter l'écartement européen, le conduisant ainsi à différer significativement la montée en puissance du trafic fret côté espagnol.
- Le CGEDD qualifie les hypothèses de trafic de voyageurs retenues par RFF de « prudentes » (desserte des Landes et du pays basque français, Ter), voire de « sous-estimées » (relations régionales transfrontalières).
- De même, il estime que les hypothèses de report modal de la route vers le fer retenues par RFF sont très raisonnables, voire sous-évaluées, au regard de l'évolution constatée dans les Alpes et de l'énorme potentiel de croissance sur le corridor atlantique, parfaitement adapté en distance au mode ferroviaire
Or, le CGEDD rappelle que l'« explosion » du trafic fret qui résultera, dès 2017, du raccordement du réseau espagnol (mis aux normes d'écartement européen) au réseau français, constituera bien, avec le développement des Ter, le principal facteur de saturation de la voie existante.
2 - Sans nouvelle ligne, la saturation serait « inéluctable », et « interviendrait à coup sûr entre 2027 et 2035, voire plus tôt ».
- L'augmentation du trafic de marchandises jusqu'à la saturation générerait des nuisances sonores, notamment nocturnes, totalement insupportables pour les riverains de la ligne existante (plus de 1000 habitations actuelles entre l'Adour et la frontière à moins de 100 mètres de la voie)
- A l'impossibilité de répondre aux besoins de trafic de marchandises, priorité n°1 des politiques européennes de transport, s'ajouterait alors l'impossibilité de développer l'offre de TER, pourtant massivement demandée par la population.
-En même temps, le trafic des marchandises continuerait à croitre à un rythme effréné sur le réseau routier, générant de la pollution, des émissions massives de gaz à effet de serre et de l'insécurité routière.
3 - Pour éviter un tel scenario de l'inacceptable, la poursuite résolue des études et l'engagement des procédures règlementaires (enquête publique), indispensables pour protéger le foncier nécessaire à la ligne nouvelle, sont impérieuses et urgentes.
Le Conseil régional d'Aquitaine souscrit pleinement à l'analyse du CGEDD, dont il salue la pertinence et la qualité.
Nul doute que son rapport constituera une précieuse contribution au débat, qu'il permettra d'éclairer sur des bases sérieuses et professionnelles. L'examen attentif du rapport met bien en relief la pertinence des politiques conduites depuis déjà plusieurs années par le Conseil régional d'Aquitaine en matière de transports, en faveur du report modal vers le fer, qui est absolument indispensable pour honorer les engagements internationaux de la France dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Il est désormais essentiel que l'ensemble des acteurs nationaux et locaux se mobilisent rapidement, résolument et activement, avec l'ensemble des partenaires, dans ce qui constituera demain le plus important projet de ligne à grande vitesse d'Europe, au profit des Aquitains et de leurs voisins, pour leur assurer demain mobilité, prospérité, et ouverture vers le monde. (D'après le communiqué de la Région Aquitaine)





Mercredi 22 Juin 2011

Lu 1964 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 12 Septembre 2017 - 20:33 L'Occitanie prépare un plan bois

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre

La météo avec la Chaîne Météo

12/08/2014





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com