Bientôt des centrales photovoltaïques sur des plans d'eau


Une société vendéenne propose un concept inattendu de parc photovoltaïque à installer sur certains plans d'eau


Ph Osesol
Ph Osesol
Des parcs photovoltaïques sur des plans d'eau! C'est simple en apparence, mais encore fallait-il y penser, et cela peut couper court au débat qui a lieu actuellement à propos de l'absorption de surfaces agricoles. C'est une société basée à La Roche-sur-Yon, OSERIS-pionnière dans le domaine du photovoltaïque, qui va proposer, par l'intermédiaire de sa filiale Osesol, un nouveau concept original et innovant :" la centrale photovoltaïque aquatique, flottante, économique, écologique et adaptable". Osesol explique: "Ce nouveau concept de centrale, composée de panneaux photovoltaïques reposant sur une structure flottante, est l’aboutissement d’une étude menée depuis décembre 2011. Le coeur de l’innovation proposée par Osesol est la structure flottante de la centrale, adaptable à tous types de bassins. Fruit d’une étroite collaboration avec des entreprises françaises et européennes, cette technologie a fait l’objet d’un dépôt de brevet en mai 2011. Osesol travaille en partenariat avec l’Institut Catholique des Arts et Métiers (ICAM) de Nantes pour la modélisation et les calculs de structures. L’ICAM entamera la phase d’étude finale au mois de septembre et validera notamment la conception pour la tenue à la tempête, aux vagues, au givre et à la neige. Un prototypeest actuellement à l’essai depuis début 2011 sur un plan d’eau en Vendée. Les validations, technique et réglementaire, déjà bien avancées, interviendront en fin d’année 2011". Ces centrales offriront un coût de revient énergétique extrêmement faible puisqu‘avec cette technologie, Osesol atteint la parité réseau dès 2011 en proposant un coût de production
du kWh photovoltaïque inférieur à 0,15€.".

Questions et réponses

Un responsable d'Oseris, Jean-Philippe Léger, a répondu à nos questions:
  • Comment est assurée la flottaison?
- Le support des panneaux est construit à partir d'un profilé en PVC recyclé de bonne section (150 x 150 mm) qui assure la fixation des panneaux, et la flottabilité, y compris pour permettre la circulation de l'homme pour la surveillance et maintenance ; la fixation est assurée par corps mort ; au besoin des amarres latérales sont rajoutées afin de limiter la mobilité de l'ensemble

  • Et la sécurisation en cas de vagues et vent?
-L'étude ICAM qui va démarrer en septembre porte sur la modélisation de la structure, le calcul des contraintes et du comportement associé à la neige, le gel, le vent et les vagues. L'étude conduira s'il y a lieu à la reconception des systèmes d'accroche. Les résultats de cette étude d'une part, des pilotes démonstrateurs qui seront construite cette automne par ailleurs, permettront de mettre sur le marché dès mars 2012 un produit entièrement validé.

  • Quels rendement, coût d'installation, et compétitivité par rapport aux autres systèmes?
-Le rendement de l'installation sera optimisé de par son bas coût, puisque nous visons un prix de revient d'installation posé inférieur à 2 €/Wc installé, dès une puissance de 32 kWc ; un coût aussi bas (< 2€) aujourd'hui n'est possible que pour des très grosses installations au sol. La productivité sera optimisée par le refroidissement naturel des panneaux et donc sera égale ou supérieure à la performance rapportée au Wc d'une installation en toiture.

  • Quel effet sur les poissons ?
-Aucun, excepté lorsqu'ils sautent et s'échouent dessus (1 cas constaté sur notre prototype depuis février dernier) ; en cas de défaillance et par exemple de courant de fuite vers la terre, l'eau se trouve éventuellement polarisée entre l'installation et la terre, et donc le poisson se trouve chargé positivement ou négativement, sans aucun effet. Il faudrait qu'il (le poisson) entre en contact avec 2 polarités pour subir une électrisation, ce qui paraît hautement peu probable. Je précise que l'ensemble des câbles sera protégé (gainé ou sous goulotte), que toute la connectique est classée IP 67 ou IP 68, et qu'un éventuel défaut (fuite) est immédiatement détecté par le contrôleur d'isolement de l'onduleur et nécessite bien entendu l'intervention en maintenance.

  • Quelles perspectives pour la formule ?
-Compte-tenu du travail que nous avons réalisé sur les 3 domaines : économique, social et environnemental, cette formules lève toutes les contraintes ayant pu faire l'objet de critiques à l'encontre du PV traditionnel. Notamment, l'impact environnemental, que ce soit en comparaison du thermique, de l'éolien, du nucléaire voire de l'hydraulique est largement amélioré. L'analyse de cycle de vie de l'installation, en cours de réalisation, le démontrera. Les avantages en ce domaine sont multiples :
- recours au silicium amorphe pour le bilan et le temps de retour énergétique
- suppression de toutes les pièces métalliques pour le gain économique (absence de mise à la terre) et l'amélioration de la recyclabilité
- support à base de PVC recyclé et recyclable
- absence d'emprise foncière
- absence d'emprise et impact visuel
- remise en état du site facilité (il n'est pas modifié).

Recueilli par Gibert Garrouty
Lundi 11 Juillet 2011

Lu 1132 fois



Notez

Votre avis

1.Posté par Robert le 13/07/2011 17:24
c'est génial!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives











Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018