Agriculteurs à Paris: le gouvernement et Xavier Beulin peinent à convaincre


Face au feu du mécontentement Valls a joué le capitaine des pompiers. Mais un grand projet pour l'agriculture française se fait attendre


Copie d'écran vidéo France3
Copie d'écran vidéo France3
On serait tenté de dire tout ça pour ça! 1800 tracteurs envoyés sur Paris, des agriculteurs rassemblés et déterminés, Place de la Nation, en attente des annonces du gouvernement, après une rencontre avec les dirigeants de la FNSEA. Une fois de plus, on était en présence d'un scénario classique des actions du premier des syndicats agricoles, même si ce semblant d'assaut sur Paris -qui a finalement peu gêné des Parisiens plutôt solidaires-rappelait une ancienne mobilisation de la Coordination Rurale. Action, discussion, réaction du gouvernement.
Beulin hué- Xavier Beulin considérant que les revendications de la FNSEA ont été entendues, a toutefois subi les huées d'une partie des agriculteurs qui attendaient mieux. Les annonces de Manuel Valls, entourées de belles paroles, complètent toutefois fortement le programme précédent des 600 millions d'euros, et semblent répondre aux demandes du président de la FNSEA pour des investissements de 3 milliards en 3 ans. Le gouvernement répond à l'urgence avec une année blanche pour les annuités d'emprunts et des réductions de cotisations sociales. Il promet aussi de faire une pause en matière de normes environnementales, et de ne pas "rajouter" au directives européennes. Mais déjà France Nature Environnement proteste. Sur ce volet, l'application sera sans doute à surveiller. Les écologistes, comme quelques théoriciens, ne manqueront pas de répéter que c'est le modèle productiviste qui est condamné, et qu'il faut le remplacer par les produits de qualité, la proximité, et l'agroécologie. Sans doute ceux-là verraient-ils d'un bon oeil que des petits élevages propres remplacent les grosses unités, et que, pour les gros volumes et le bon marché -toujours nécessaires- l'on importe..
Echec d'une politique- Bref, le Premier ministre a joué le capitaine des pompiers pour tenter d'éteindre le feu du mécontentement. Le fait qu'il doive tenir ce rôle souligne en fait l'échec de la politique agricole menée jusqu'ici. En dépit du côté lyrique qu'il a voulu donner à son discours, on a pas toutefois senti un véritable engagement en faveur du redressement de l'agriculture française. Pas de véritable plan, si ce n'est l'agroécologie chère à Stéphane Le Foll, et qui a d'ailleurs été peu mise en avant. Mais le monde agricole attendait sans doute trop de Paris, alors que les commandes sont à Bruxelles. Les agriculteurs vont, aussi, y aller. Mais la nouvelle PAC est déjà actée. On négocie dans l'ombre un traité de libre échange avec les Etats-Unis.
L'embargo russe- La stratégie de l'Europe est si intelligente qu'elle a réussi à se faire fermer, un marché qu'elle a à sa porte, celui de la Russie. Manuel Valls a abordé du bout des lèvres, les conséquences de cet embargo. On a du mal, d'ailleurs, à chiffrer ses incidences pour la France. Il semble que les pouvoirs publics aient choisi le silence sur le sujet, ce qui en dit long. Les filières agroalimentaires, subissant la fermeture de l'exportation vers la Russie, avancent elles, des conséquences de centaines de millions d'euros. Ce que n'achètent plus les Russes se retrouve ainsi sur le marché, et on sait qu'il suffit d'un excédent même très léger pour faire s'effondrer les cours....
Gilbert Garrouty
Jeudi 3 Septembre 2015

Lu 276 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES














Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click