Carole Delga réplique aux propos d'Edouard Philippe


La présidente de l'Occitanie s'élève notamment contre la baisse de la dotation de l'Etat qui prive cette région de 50 M€


Ph DR
Ph DR
Interrogé par la presse quotidienne régionale, le Premier ministre est revenu sur plusieurs dossiers portés et défendus par la Région Occitanie et sa présidente Carole Delga. Elle répond aux Premier ministre dans ce communiqué:
« Le Premier ministre remet une nouvelle fois en cause la baisse des dotations de l'Etat aux régions. Je tiens à sa disposition la Loi de finances votée par le Parlement en 2017 qui inscrivait une compensation de 450 M€ aux régions, suite au transfert de la compétence "Economie" aux départements. Compensation rayée d'un trait en plume en 2018, et ce, sans aucune concertation.
Pour la seule Région Occitanie, il s'agit pour 2018, de près de 50 M€ de ressources en moins. Oui je le maintiens: il y a une baisse de dotations de l'Etat.
Derrière un débat que certains voudraient uniquement technique, je veux rappeler qu'il s'agit d'abord et avant tout du quotidien de nos concitoyens. Car la réalité de cette baisse de dotations a bien des conséquences pour les investissements publics dans notre région. Education, transports, formation, agriculture... Chacune et chacun peut mesurer, sur son territoire, les désengagements progressifs de l'Etat et la volonté des élus locaux, Région en tête, de maintenir des investissements adaptés pour répondre aux besoins de la population ».
Sur la question des lignes à grande vitesse en Occitanie, Carole Delga estime que les propos du Premier ministre vont à l'encontre du travail constructif et du dialogue engagé avec sa ministre des Transports Elisabeth Borne depuis plus d'un an.
Pour la présidente de Région : « cette volonté d'opposer trains du quotidien et grande vitesse est un argument politicien. Les deux, en Occitanie, sont en effet liés et participent au développement et à l'aménagement du territoire. Que ce soit autour de la métropole toulousaine que sur notre artère littorale.
Les déclarations sur les trains du quotidien sont d'autant plus surprenantes quand l'Etat se désengage du financement des petites lignes qui sont, elles aussi, vitales pour le quotidien des gens. Derniers exemples en date: le maintien et le sauvetage de l'Aubrac, du Cévenol, et du train de nuit Paris-Cerbère par les financements de la Région alors que ce n'est pas de sa compétence ! En matière de mobilités, je dis: place aux actes de la part du Gouvernement ».
Vendredi 26 Octobre 2018

Lu 91 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 17:45 L'Occitanie mise sur l'éolien flottant

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018