Cri d'alarme des JA d'Aquitaine: "trop de mesures plombent notre agriculture"


Le sud-ouest français pourrait perdre des milliers d'hectares de maïs au nom du verdissement de la PAC. Et l'écotaxe augmenter le coût des transports de 5 à 10%


Le droit de semer du maïs remis en question

Manutention de maïs (Ph Maïsadour)
Manutention de maïs (Ph Maïsadour)
Les Jeunes Agriculteurs d'Aquitaine n'ont pas encore coiffé le bonnet rouge, mais leur analyses et commentaires se rapprochent de la fronde bretonne. Dans un long communiqué diffusé ce jour JA Aquitaine prononce un vrai réquisitoire. "Jeunes Agriculteurs Aquitaine se mobilise contre l’accumulation des mesures qui plombent l’agriculture. L’empilement de contraintes réglementaires et fiscales sur le dos des agriculteurs français va-t-il s’arrêter? Combien de faillites et de disparitions d'emplois faut-il encore? " Et de citer toutes leurs raisons d'inquiétude. Voici quelques extraits significatifs.
Faudra-t-il acheter du maïs?- "Il est regrettable que la diversité des maïs ne soit pas encore reconnue. Les exploitations de type maïs-élevage seront pénalisées par la mesure de diversité d’assolement qui oblige la mise en place de trois cultures sur l’exploitation dont la principale ne pourra pas dépasser 75% des terres arables. Afin de respecter ce verdissement, les 7 500 exploitations concernées devront réduire leur surface en maïs de 40 000 ha, dont 25 000 ha en Aquitaine et Midi-Pyrénées, 8 000 ha en Alsace. En production volaille, introduire une autre culture non valorisable pour l’élevage reviendrait à faire acheter aux éleveurs du maïs pour nourrir leurs animaux. C’est un non-sens puisque ce maïs produit sur nos fermes permet d’assurer l’autonomie alimentaire. Notre droit à semer nous est retiré et cela est inacceptable"

"Ecotaxe=distorsion de concurrence"

L’environnement -: "un choc de simplification est nécessaire"-N’oublions pas que l’irrigation est créatrice d’emploi : 10 hectares irrigués, c’est 1 emploi créé. Les projets territoriaux doivent concilier pragmatisme et gestion vertueuse de la ressource en eau, performance économique des filières et préservation des milieux aquatiques". Les JA déplorent de ne pas être entendus dans le dossier des nitrates et regrettent des mesures "qui conduisent à des non-sens agronomiques mais aussi économiques". Ils estiment que les éleveurs n'auront pas les moyens de construire de nouveaux bâtiments de stockage du lisier alors qu'ils n'ont pas fini de rembourser les précédents investissements.
Écotaxe : "la goutte d’eau qui fait déborder le vase"- "L’Écotaxe va augmenter le coût du transport de nos produits de 5 à 10 %. C’est une pression fiscale insupportable. Les agriculteurs ne pourront pas répercuter cette augmentation du coût du produit sur son prix! A contrario, les produits finis importés ne paieront cette taxe qu'une seule fois, veut-on les favoriser ? Une production agricole localisée est le garant de la valeur ajoutée et de l’emploi dans nos territoires. Malgré l’annonce du gouvernement de suspendre la mise en place de l’Écotaxe, celle-ci n’est pas pour autant supprimée. Jeunes Agriculteurs Aquitaine considère que le système actuel de l’Écotaxe est une distorsion de la concurrence. De la compétitivité des produits français dépendent nos emplois. Jeunes Agriculteurs Aquitaine demande un ajournement de cette taxe pour remettre à plat son système ! Nous voulons nous assurer que l’écotaxe ne pénalise pas nos exploitations et nos filières déjà très fragilisées".
Encourager l'installation- "L’Aquitaine est une région qui agit pour l’installation : 12 millions d’euros par an sont consacrés à la politique de l’installation. Nous considérons qu’il est plus pertinent de financer la création de projets économiquement viables et respectueux de l’environnement, plutôt que produire de nouvelles règlementations qui imposent de coûteuses mises aux normes aux agriculteurs. Dans le contexte budgétaire actuel difficile, nous demandons que l’installation et l’accompagnement des jeunes soient priorisés. Nous voulons conserver une agriculture de production et compétitive. L’agriculture doit être viable et vivable pour les hommes et aux femmes qui y travaillent."
Mardi 12 Novembre 2013

Lu 145 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:58 Le "oui" franc et massif de l'Occitanie à la LGV

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com