L'eau grande cause régionale mais la création de nouvelles réserves envisagée à reculons



Un "sommet" à Bordeaux

Il faudra savoir économiser.... (ph Paysud)
Il faudra savoir économiser.... (ph Paysud)
La question de l'eau entre Atlantique et Méditerranée se pose avec acuité soit qu'elle manque, soit qu'elle tombe en excès. Hasard du calendrier: l'eau vient d'être déclarée grande cause au niveau de la Nouvelle-Aquitaine et de l'Occitanie quelques jours après le drame de Trèbes, au cours d'une réunion qui s'est tenue à Bordeaux en présence de Pascal Mailhos, préfet de bassin, Martin Malvy, président du Comité de bassin Adour-Garonne, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, et Carole Delga, présidente de la région Occitanie-Pyrénées/Méditerranée. Un « sommet » interrégional de l'eau dicté par les besoins immenses de ces deux régions qui cumulent agricultures dynamiques et croissance de population. Il n'y a pas en effet que la terre qui a besoin du précieux liquide.
Selon les études prospectives prenant en compte l'incidence du changement climatique le déficit en eau pourrait être de plus d’un milliard de m3 avec une population ayant progressé de 1.5 millions d’habitants en 2050.
Le réflexe le plus immédiat serait, comme le répète le monde agricole, de renforcer les réserves, de récupérer une partie des excédents afin de faire face aux sécheresses estivales. Cependant les autorités, qui invoquent les avertissements du GIEC, soucieuses de l'écologie, et de ne pas faire de vagues, n'envisagent pas les choses aussi simplement, et préconisent en premier lieu l'économie.
  • C'est un programme qui de toute évidence vise à plaire à tout le monde, qui est annoncé. Avec cinq priorités:
    - Accompagner un plan d'économies d'eau dans ses différents usages
    - Développer les mesures fondées sur la nature comme la restauration de zones humides, la végétalisation des villes ou la plantation de haies,
    - Optimiser les ressources existantes et mobiliser de nouvelles ressources pour sécuriser les différents usages, notamment en périodes d'étiages,
    - Soutenir l'émergence de nouvelles filières en s'appuyant sur les acquis de la recherche et des bonnes pratiques,
    - Lutter activement contre l'artificialisation et l'érosion des sols
On constate toutefois que la création de nouvelles ressources est envisagée du bout des lèvres. A Bordeaux le préfet Mailhos s'est en effet risqué à déclarer: "nous ne pourrons éviter le sujet de la création de nouvelles réserves”.
MAIS CAUSSADE EST BLOQUE...
En attendant le projet de création d'une retenue d'eau dite lac de Caussade, en Lot-et-Garonne, un temps autorisée par arrêté préfectoral, subit à la demande des ministres de Rugy et Travert, le retrait de cet arrêté, et donc la panne sèche. Pour autant les porteurs du projet maintiennent la date du départ des travaux pour le 2 novembre. Le double jeu des autorités pourrait ce jour-là se traduire par de sérieuses éclaboussures. Il serait sans doute grand temps de dédiaboliser la création raisonnée de nouvelles réserves en eau, surtout lorsqu'elles permettent de répondre aux besoins des populations et de réalimenter un cours d'eau qui sans cela serait à sec en été. Caussade permettrait en effet de réalimenter le Tolzac, petit affluent de la Garonne.
G.G.



Déjà les travaux à Caussade selon FNE

France Nature Environnement indique en "urgent" que les travaux seraient déjà en cours au lac de Caussade; L'association écologiste " demande à l’Etat de faire respecter la loi et de ne pas céder aux pressions d’un syndicat extrémiste d’agriculteurs."
Autre extrait du communiqué:
"Projet passéiste, mal ficelé et inapproprié : le gouvernement a donné raison à France Nature Environnement au début du mois d’octobre, en demandant à la préfète de retirer son autorisation pour la construction du barrage de Caussade. Alors que celle-ci s’est exécutée, la presse locale se fait aujourd’hui l’écho d’un déni de l’Etat de droit : les travaux continueraient en ce moment même. France Nature Environnement dénonce le mépris du syndicat départemental des collectivités irrigantes et a alerté Madame le Procureur de la République d’Agen."
Jeudi 18 Octobre 2018

Lu 161 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Samedi 17 Novembre 2018 - 18:22 Les gilets jaunes visent l'Elysée

Mardi 13 Novembre 2018 - 18:03 17 novembre: le plein de mécontentement

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018