Ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse:le signal d'alarme


Alain Rousset écrit au ministre des Transports. Voici sa lettre


Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, a échangé mardi 6 décembre avec Benoît Coquart, directeur général du groupe Legrand, entreprise qui est le premier employeur privé à Limoges. Ce dernier s’est ouvert à Alain Rousset des profondes inquiétudes et remises en question que suscite la desserte Intercités de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT).

A l’issue de cette rencontre, Alain Rousset a adressé une lettre à Clément Beaune, ministre délégué aux Transports, pour appeler son attention sur ces inquiétudes, les conséquences importantes et le mauvais signal que constituent les dysfonctionnements observés.

« Monsieur le Ministre,

Je tenais par ce courrier à vous relayer de vives inquiétudes concernant la desserte Intercités opérée sur la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT).

Comme vous le savez, cette ligne constitue pourtant un axe majeur d’aménagement du territoire, qui contribue à desservir 32 départements, sept grandes métropoles et plus de trois millions d’habitants. Véritable épine dorsale de notre pays, elle est une solution indispensable pour les usagers qui l’empruntent et un véritable outil de désenclavement, malgré les difficultés rencontrées depuis de nombreuses années. C’est notamment directement le cas pour les départements de la Creuse, de la Haute-Vienne et de la Corrèze en Nouvelle-Aquitaine.

Récemment les élus locaux et usagers nous ont interpellés à la suite de la suppression de la circulation Intercités n°3624 à destination de Paris-Austerlitz, au départ de Brive à 6h01, desservant notamment les gares de Limoges (7h01) et La Souterraine (7h35). Cette suppression est prévue du 21 novembre 2022 au 16 mars 2023 dans le cadre d’un plan de transport adapté, du fait du risque de givre des caténaires.

Un creux de desserte Intercités est en conséquence observé, entre 5h30 et 9h01 au départ de Limoges. Une solution a pu être trouvée, à compter du 11 décembre 2022, pour ne pas réduire le volume d’arrêts en gare de La Souterraine le matin, je vous en remercie. Pour autant, je regrette l’absence de concertation auprès des Régions concernées, autorités organisatrices des TER circulant sur ce même axe et ayant pour objectif la coordination des services ferroviaires.

Aujourd’hui, c’est le Directeur Général de l’entreprise Legrand qui nous alerte sur les difficultés rencontrées sur cet axe. Dans le courrier qu’il adresse à la SNCF, il déplore une détérioration de la situation des dessertes ferroviaires entre Paris et Limoges et questionne sur l’intérêt, dans ce contexte, de maintenir la localisation du groupe sur Limoges.

Ce courrier se fait dans un contexte de nouvelle interruption totale des circulations Intercités depuis le 2 décembre dernier, à la suite d’un déraillement de train de marchandises au niveau d’Issoudun, laissant sans solution de nombreux usagers.

L’entreprise Legrand est le premier employeur privé de Limoges et la seule entreprise du CAC 40 de Nouvelle-Aquitaine à avoir maintenu son siège en dehors de la région parisienne. Il n’est pas entendable de savoir qu’au vu de la dégradation du service Intercités, qui devrait pourtant représenter une opportunité pour renforcer l’attractivité vers Limoges et non le contraire comme c’est hélas le cas ici, cette entreprise extrêmement importante sur le plan économique local puisse envisager de déménager. C’est un très mauvais signal pour tous ceux qui investissent ou souhaitent investir en Nouvelle-Aquitaine.

L’Etat étant l’autorité organisatrice en charge des circulations Intercités, je vous demande de bien vouloir envisager, avec la plus grande bienveillance, une amélioration du service proposé sur la ligne POLT. Il en va du dynamisme économique, de l’aménagement du territoire et de la transition énergétique en Nouvelle-Aquitaine.

La Région Nouvelle-Aquitaine s’engage de son côté en proposant une amélioration de la desserte TER sur les étoiles ferroviaires de Limoges et Brive, dans le cadre de la démarche Optim’TER. Ainsi, entre 2021 et 2024 les différentes lignes de ce secteur seront traitées pour bénéficier de davantage de trains et à des horaires plus adaptés.

L’enjeu de correspondance entre les circulations Intercités en direction de Paris et Toulouse et les circulations TER est bien évidemment une des priorités d’amélioration dans le cadre de cette démarche. Ceci permettant de participer à une croissance de la fréquentation des circulations Intercités également.

De la même façon, la Région Nouvelle-Aquitaine est engagée dans la régénération des lignes de desserte fine du territoire, aux côtés de l’Etat, permettant notamment d’irriguer l’axe POLT, d’assurer un désenclavement plus large du territoire et de bonnes connexions aux circulations Intercités à l’avenir.

Cela se traduira notamment, dès 2023, par la régénération de la section entre Nexon et Saint-Yrieix, travaux d’un montant de 22,6 M€ auxquels participe très largement la Région à hauteur de 84 %.

A ce titre et dans une logique en faveur d’un développement vertueux du transport ferroviaire, il est nécessaire que le service proposé sur la ligne Intercités POLT soit de haute qualité.



Mercredi 7 Décembre 2022

Lu 225 fois


Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune





ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile