Alain Rousset: la grande allergie au sarkozysme


La rentrée d'Alain Rousset président de la région Aquitaine et de l'ARF. Avec la politique gouvernementale et Nicolas Sarkozy en point de mire


Ph Paysud
Ph Paysud
L'ambiance politique malsaine née des récents incidents de l'Assemblée Nationale entre la majorité et la gauche ne se cantonne pas dans la capitale. On l'a senti à travers le discours d'Alain Rousset qui, il est vrai, est aussi le président des Régions de France, à l'occasion de sa conférence de presse de rentrée. Un discours qui est allé bien au-delà des dossiers économiques et professionnels en dépit du symbole du lieu, Cap Métiers, à Bordeaux. Le président de l'Aquitaine a semblé avoir du mal à se concentrer sur les sujets régionaux tant il se sent poursuivi par les spectres sarkoziens qu'il rencontre au coin de la quasi-totalité des dossiers. Tout en affichant son flegme habituel Alain Rousset s'est en effet montré très dur à l'égard de Brice Hortefeux, de Nicolas Sarkozy, de la politique du gouvernement, mais surtout à propos du discours employé à l'égard des roms. Evoquant des déclarations du ministre, il estimait "que l'on est sur des thèmes de discours que même le Front National n'a pas osé emprunter". Et d'ajouter, avant de faire allusion aux réticences parfois exprimées d' Alain Juppé ou de Jean-Pierre Raffarin: "jamais un gouvernement de droite n'a ainsi stigmatisé une catégorie". Le président de l'Aquitaine et des régions de France qui laisse entendre que tout cela rappelle un sinistre passé, ne ménage pas le Président de la République qui lui semble mener une action de façade pour camoufler ses échecs. "En réalité, Sarkozy est le champion de l'insécurité." Mais ses critiques ne se limitent pas à ce dossier. Il prolonge les attaques socialistes en remarquant: "IL va présider le G20, mais quelle sera sa crédibilité? Sarkozy c'est l'homme de l'échec, de l'insulte..." Et de s'en prendre aux conditions qu'il trouve scandaleuses des modalités de remboursement des prêts aux banques....

"La gauche abrogera la réforme"

Le réquisitoire ne s'arrête pas là. Il y a cette difficulté de cohabitation, de coopération entre la région et un Etat "qui veut tout commander, mais ne paye pas", "qui décide, mais laisse aux régions le soin de financer". Et la revoici donc la réforme territoriale qui fait moins la Une de l'actualité que les expulsions, mais qui n'en est pas moins importante pour l'avenir de l'institution régionale. "La région va voir disparaître son élection et sa ressource. Celle-ci proviendra à 92% de l'Etat. Il ne nous restera guère que les cartes grises!" Pour Alain Rousset il n'est pas pensable que la Région existe sur la base "d'une élection cantonale", et il déplore qu'une telle réforme ne soit que le résultat "d'une lubie du Président de la République à propos des dépenses publiques". Aussi à ses yeux il est clair que lorsque la gauche reviendra au pouvoir "en 2012 elle abrogera la réforme".
Alain Rousset s'est tout de même concentré sur les dossiers régionaux qui font ressortir les nombreuses initiatives présentes et à venir de la collectivité régionale. Le programme régional est axé autour de deux maîtres mots:"relever le défi de l'emploi et de l'innovation". La politique industrielle voit la création de deux nouveaux "clusters" (regroupements) : "Tic Santé" et "Eolien". L'objectif serait d'en obtenir une quinzaine, dont un sur les drones (alors que le renoncement est dans l'air), et un autre sur le photovoltaïque.

L'A65 bientôt inaugurée

Alain Rousset se félicite par ailleurs de la prochaine inauguration, le 14 décembre 2010 de l'autoroute Bordeaux-Pau, tout en ramenant le préfet de région "qui a fait une opération de relations publiques " aux réalités: "l'Etat n'a fait que concéder". Il dit son espoir de voir les choses aller aussi vite côté LGV. A ses yeux il est temps que la compréhension l'emporte en Midi-Pyrénées et au conseil général des Pyrénées-Altantiques. Sur le plan politique Alain Rousset n'est pas mécontent de voir que les élus écologistes ne font plus un préalable de la nouvelle étude qui avait été envisagée. Sur le dossier le l'environnement, on notera le lancement d'une réflexion à la mi octobre (plusieurs conférences) sous le parrainage du très médiatique Yann Arthus Bertrand. Le dossier de l'agriculture et de l'irrigation pourrait bien être ouvert à cette occasion. Le Président de la région Aquitaine qui a indiqué avoir demandé l'évolution de l'ENITA en "Sup Agro", estime que cette agriculture, comme la forêt doivent se préparer à ces temps nouveaux. Notamment en abordant la question des cultures moins exigeantes en eau."Le président de Pau-Euralis ne cultive-t-il pas le chanvre?"

Lundi 20 Septembre 2010

Lu 1036 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:58 Le "oui" franc et massif de l'Occitanie à la LGV

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com