La coopération aquitaine table sur le redressement du marché du vin


Plusieurs effets cumulés, dont la baisse des disponibilités en AOC, pourraient dynamiser le marché


MM Chadourne et Heraud (Ph Paysud)
MM Chadourne et Heraud (Ph Paysud)
Représentant , selon les départements, de 30 à 40% de la production totale de vin en Aquitaine, la coopération viticole, en particulier en Gironde, est confrontée à un marché difficile et à l'impérieuse nécessité de répondre aux attentes de ses membres. "L'objectif principal de la coopération est bien d'envoyer du revenu à ses adhérents" a souligné à Bordeaux, le président de la FCVA, Eric Chadourne. Dans ce contexte d'après vendanges où chaque région viticole, ou chaque structure renforce sa communication, les coopératives ne pouvaient être en reste. Elles sont donc venues rencontrer la presse au bar à vin du CIVB qui s'avère ces derniers temps le salon incontournable des causeries viti-vinicoles et des dégustations. La FCVA n'était d'ailleurs pas venue sans pièces en conviction: les vins sélectionnés dans le cadre du "challenge des maîtres de chai" , lequel s'est s'adjoint de jeunes dégustateurs amateurs d'écoles de commerce. On a pu apprécier la qualité des vins que ce soit en blanc, rosé, ou rouge, comme les "looks" de bouteilles et d'étiquettes.
Mais que sera le millésime 2011 du côté de la coopération? C'est Stéphane Héraud, ex-président de la Fédération, qui a répondu à la question. Selon lui il va se rapprocher des tendances du 2008. Mais avec des blancs très aromatiques et homogènes, "des rosés frais et charmeurs". Les rouges seront plus hétérogènes, mais le mois de septembre ayant été favorable, il y aura des merlots et des cabernets exceptionnels . Pour ce qui est du volume de récolte: équivalent à 2010 en Dordogne; légère progression en Lot-et-Garonne; +10 à12% dans les Landes; stabilité en Gironde.
Pour cause de marasme persistant sur le marché des vins de Bordeaux, la coopération est en pleine phase de réflexion et de restructuration. Des éléments communiqués par Stéphane Héraud, il ressort cependant que les perspectives sont plutôt bonnes. En premier lieu la coopération fait le choix de commercialiser 130 000hl de vin sans indication géographique, au lieu de 15 000 lors de la campagne précédente. Cumulé à l'effet sécheresse en Gironde, la disponibilité en AOC devrait baisser de 5 à 7%. S'ajoutent à cela la baisse des stocks, la mise en réserve d'une partie des volumes en Gironde. "Une hausse des prix est donc fortement probable en ce début de campagne, estimait Stéphane Héraud. La seule chose pouvant la contrarier étant le contexte financier mondial".
La coopération n'en est pas moins appelée à se renforcer. Eric Chadourne a souligné qu'un observatoire des prix (du vin en vrac) est déjà opérationnel. Des études sont en cours sur la situation économique et financière des coopératives, ainsi que sur leurs équipements industriels et techniques. "C'est à partir de ces indications que l'on regardera les évolutions possibles" a affirmé le président de la FCVA. L'objectif est de sortir un plan d'évolution de la coopération". Il s'agit de diminuer le nombre d'opérateurs sur le marché des vins en vrac, de faire en sorte qu'ils ne soient que cinq au lieu de 24...
G.G.
Jeudi 20 Octobre 2011

Lu 694 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click