La récolte française de blé est en hausse et les céréaliers veulent produire plus



Champ de blé à mâturité. C'est beau! (Ph Pierre Vincent (Arvalis)
Champ de blé à mâturité. C'est beau! (Ph Pierre Vincent (Arvalis)
Le vent médiatique qui, ces derniers jours, soufflait dans le désert de l'information-hormis celle qui venait des jeux olympiques- a fait craindre une pénurie céréalière qui serait couronnée par une flambée des prix alimentaires. Il ne faut pas confondre cependant la situation mondiale marquée par des incidences climatiques et la situation française. Pas de raison de paniquer en effet en France, si ce n'est de craindre les manoeuvres de la Finance, et de tous ceux qui ont intérêt à faire grimper les prix. Au regard des bons niveaux de récolte, n'en déplaise aux détracteurs de la productivité et de la technologie, on a aussi de bonnes raisons de se féliciter d'avoir conservé un appareil productif performant.
La réalité française est celle-ci décrite par les organisations céréalières sous la houlette de France Agri Mer: "Au 9 août, selon notre dernière enquête, la production 2012 (de blé) dépasserait les 36,5 Mt (contre 34 Mt en 2011). Le rendement moyen national est estimé à 75 q/ha, soit un niveau largement supérieur à la moyenne quinquennale (71 q/ha). Dans la plupart des régions, les rendements sont en progression par rapport à la moyenne quinquennale. Ils s’expliquent notamment par les conditions fraîches et humides au printemps qui ont permis de très bonnes conditions de montaison sur une grande partie du pays. Dans ce contexte, les parcelles en sols superficiels donnent généralement de très bons rendements, alors que les terres profondes ont des résultats plus limités par rapport à leur potentiel, réduisant ainsi les écarts entre types de sols. Une variation est néanmoins observée selon les parcelles, en raison notamment des dégâts de l’épisode de gel hivernal et de la pression des maladies."

Sud-Ouest: Rendements en hausse de 20%

Le communiqué ajoute: " Dans le quart sud-ouest, les rendements sont particulièrement bons, en hausse de plus de 20 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Les moyennes se situent de 60 à plus de 65 q/ha en Midi-Pyrénées et en Aquitaine et autour de 75 q/ha en Poitou-Charentes. L’Auvergne et la région Rhône- Alpes obtiennent aussi de très bons résultats, aux environs de 65 q/ha. Le sud de la région Centre, la Bourgogne et l’Alsace affichent des rendements moyens entre 70 et 73 q/ha. Les rendements progressent par rapport à la moyenne quinquennale dans les Pays de la Loire (75 q/ha), dans le nord de la région Centre et en Basse-Normandie (autour de 80 q/ha). Ils se situent dans la moyenne en Picardie (aux environs de 85 q/ha). Les rendements sont très hétérogènes dans le Nord-Est (Champagne-Lorraine) en raison de l’épisode de gel qui a fortement affecté le peuplement épi, la fin de cycle ne permettant qu’un rattrapage partiel. Ils se situent tout de même dans la moyenne en Champagne (78 q/ha), mais la Lorraine voit ses rendements baisser à moins de 65 q/ha en moyenne."

Les céréaliers en parlent....

Dans un article paru dernièrement dans le journal "Les Echos" le président de l'AGPB Philippe Pinta analysait le contexte découlant des récoltes déficitaires dans les autres régions du monde, lançant en même temps un appel au développement de la production céréalière en France "et partout où c'est possible" pour répondre aux besoins alimentaires mondiaux. Il rappelait aussi que la moitié de la production française de blé est exportée. Phiilippe Pinta écrivait notamment: "Céréaliers de France, nous proposons de développer cette richesse qui est la nôtre, que celle-ci participe au redressement de notre pays, qu’elle participe à une croissance que le Gouvernement appelle de ses vœux. Il est généralement plus aisé de développer ce qui marche, comme les céréales, que de maintenir à flot des secteurs que l’on a laissé trop longtemps se dégrader comme l’industrie. Pour cela, nul besoin de crédits publics supplémentaires. Ce qu’il faut, c’est une volonté de tous les acteurs et de l’Etat, un objectif clair et assumé, la confiance dans les capacités des agriculteurs de relever ce défi et dans leur sens des responsabilités pour mettre en œuvre des techniques respectueuses de l’environnement. Nous allons dans les prochaines semaines faire des propositions en ce sens au Président de la République, au Premier Ministre, aux Ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie."
G.G.
La récolte française de blé est en hausse et les céréaliers veulent produire plus
Mercredi 15 Août 2012

Lu 462 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 5 Décembre 2018 - 11:02 Gironde:quand les aides PAC se font attendre

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018