Le Quercy se mobilise pour sauver les arrêts de trains grandes lignes


Ce qui se passe sur, et autour, de la ligne SNCF dans le Lot et à l'est de la Dordogne est à suivre de près par tous ceux qui s'intéressent aux territoires et à la vie rurale: pour raccourcir les temps de trajet entre les grandes villes, la société des chemins de fer entend supprimer des arrêts de trains sur la ligne Paris Toulouse. On ne l'entend pas de cette oreille dans tout le Quercy où les actions se succèdent et le ton monte après la citation à comparaître de sept personnes devant le tribunal correctionnel de Cahors, le 15 janvier.


Rassemblement en gare de Gourdon (ph site bataildurail)
Rassemblement en gare de Gourdon (ph site bataildurail)
Une fois de plus recherche de rentabilité et de compétitivité ne vont pas de pair avec le maintien du service public et de la vie du milieu rural. Pour aller plus vite de Paris à Toulouse, la SNCF entend faire passer sans escale dans les petites gares ses trains modernisés. Au départ 15 arrêts sur une portion de la ligne Paris-Toulouse, dans des gares très utilisées par les touristes ou les résidents occasionnels telles que celles de Souillac, Gourdon et Caussade- étaient condamnées à être ainsi snobées par les trains Corail Théos. Il s'en est suivi, voici plus d'un an, une forte mobilisation des usagers et des élus, notamment à travers l'association de défense "Tous ensemble pour les gares". Celle-ci a inauguré un mode d'action particulier qu'elle baptise "l'arrêt à la demande". Vous montez à Limoges dans un Téoz, vous avertissez l'association de défense par exemple que vous voulez descendre du train à Gourdon. Alors une action a lieu en gare pour vous permettre de mettre pied à quai ailleurs qu'à Brive ou à Cahors. C'est précisément l'une de ces opérations en gare de Gourdon qui n'a provoqué qu'un arrêt de cinq secondes du train qui est à l'origine d'une plainte de la SNCF, laquelle s'est traduite par des mises en garde à vue, des inculpations et la citation à comparaître, le 15 janvier prochain, de sept personnes, dont des élus locaux et le président de l'association de défense devant le tribunal correctionnel de Cahors.

Lundi à Gourdon

Des élus ont également été convoqués par la gendarmerie. Dans ce contexte, le député de la Dordogne Germinal Peiro a pris l'initiative de l'organisation avec des élus lotois d'une démarche auprès de Mme le préfet du Lot. L'organisation d'une "réunion au sommet" a été demandée, pour obtenir "le règlement politique" du dossier," ainsi que l'arrêt des poursuites. Le député de la Dordogne voit dans la défense des arrêts de trains "le symbole de la défense des droits ruraux" et ajoute que"la SNCF veut s'occuper des grandes lignes et refiler les TER aux Régions". L'association de défense qui rassemble à ses dires quelque 1800 adhérents -et a déjà obtenu le retour de cinq arrêts- organise une nouvelle action lundi à Gourdon. Pas de trêve des confiseurs dans le Quercy, et la volonté de faire atterrir le dossier sur le bureau du Président de la République.
Samedi 27 Décembre 2008

Lu 791 fois


Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 24 Octobre 2018 - 11:38 Oenotourisme:les Best of Tourism 2019 du Bordelais

Vendredi 19 Octobre 2018 - 13:14 Le cirque Pardi! bientôt à Bordeaux

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018