Le choc de la dissolution des Soulèvements de la Terre



Au départ, l'affaire des bassines (ph capture d'écran)
Au départ, l'affaire des bassines (ph capture d'écran)
L'annonce de la dissolution des "Soulèvements de la Terre" par le gouvernement entraîne des réactions de ce mouvement, mais aussi de France Nature Environnement et de Terre de Liens. FNE commente pour sa part:
"Ce mercredi, le mouvement des Soulèvements de la terre a été dissous en Conseil des ministres, sur proposition du Ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. Alors que la société est traversée par l’impérieuse nécessité de l’action pour la protection des équilibres écologiques, le gouvernement décide de condamner celles et ceux qui luttent pour la défense du vivant. Les motifs de dissolution des Soulèvements de la Terre est une défaite collective et un terrible aveu de faiblesse de la part de l’État, sur la forme comme sur le fond.
Tout d’abord, d’un point de vue juridique, la dissolution des Soulèvements de la terre interroge en effet. Viscéralement attaché.es au droit, nous rappelons que libertés de manifestation et d’expression, à travers des marches festives et des lieux de débat notamment sont protégées par la Constitution. Les multiples arrestations de ces derniers jours de militants écologistes par la sous-direction anti-terroriste confirme une volonté de la part du gouvernement de criminaliser toute forme d’opposition. Ce déploiement de force relève d’effets d’annonce qui seront questionnés devant la justice quant à leur légalité.
France Nature Environnement et les Soulèvements de la terre ne travaillent pas de la même façon. Les associations du mouvement France Nature Environnement luttent contre des décisions publiques illégales et contre les dégradations environnementales. Elles sont parfois rejointes par les Soulèvements de la terre
Empêcher ces actions en les résumant à des actions violentes de destruction et en les réprimant avec des moyens de lutte anti-terroristes constitue une caricature inadmissible de nos actions et ne règle en rien les questions de fond posées.
France Nature Environnement dénonce aussi le “deux poids deux mesures” en matière d’environnement. Qu’en est-il des agressions que subissent nos bénévoles et nos organisations, qui revendiquent des actions non-violentes ? Pourquoi leurs agresseurs ne sont pas arrêtés et condamnés ? Pourquoi laisse-t-on par exemple des dizaines de représentants de l’agriculture productiviste proférer des menaces de mort, dégrader nos maisons de la nature, user de la violence au quotidien sans jamais être inquiétés ? Pourquoi les forces de l’ordre n’interviennent pas quand on leur demande de protéger nos équipes ?
L’État, au lieu de s’acharner sur les militantes et militants écologistes, devrait plutôt entendre et comprendre les manifestations qui se multiplient, et qui sont autant d’appels à renouer avec la responsabilité publique de proposer les solutions collectives et sociales face à la destruction de nos écosystèmes et se diriger enfin vers un modèle de sobriété....."
Terre de Liens déclare de son côté:
"Suite à l’annonce de la dissolution des Soulèvements de la terre en conseil des ministres ce matin, Terre de Liens se déclare très inquiet des attaques contre la liberté d’association pour protéger l’environnement. C’est pourquoi, le mouvement s’associera au recours devant le conseil d’État contre cette procédure de dissolution.
Terre de Liens réitère ainsi ses dénonciations des accusations d’écoterrorisme porté à l’encontre de la société civile qui défend l’environnement. Si le mouvement est opposé à toute forme de violence, aucune action récente de défense de l’environnement ne se rapproche du terrorisme qui a endeuillé notre pays dans les dernières décennies."

Les Soulèvements de la Terre affirment en tête d'une tribune-pétition:
"Nous nous soulevons, chacun.e depuis notre endroit, chacun.e à notre manière. Le mouvement des Soulèvements de la Terre ne peut pas être dissout car il est multiple et vivant. On ne dissout pas un mouvement, on ne dissout pas une révolte.
Nous appelons toutes et tous à nous rejoindre pour rendre caduque cette tentative d’étouffement. Nous sommes, toutes et tous ensemble, les Soulèvements de la Terre.(...)
Et si cette dissolution était en réalité un appel ministériel à rejoindre un grand mouvement de résistance ? Un réseau déjà fort de 110 000 membres déclarés, de 180 comités locaux, fort d'autant de personnes engagées dans la vie publique, dans des collectifs et syndicats. Un mouvement prétendument interdit mais collectivement inarrêtable visé par le pouvoir mais ancré dans les territoires, présent dans les lieux de travail et d'études, les granges et arrières-salles, jusqu'au sein même des administrations. Le gouvernement prétendait nous faire disparaître, en réalité nous serons chaque jour de plus en plus visibles...."
Mercredi 21 Juin 2023

Lu 138 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 20 Mars 2024 - 16:48 La Caisse d'Epargne aide les jeunes

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune | Brèves 2





ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile