Les agriculteurs manifestent à Bruxelles avec l'embargo russe en point de mire


Ils sont 5000 agriculteurs en colère ce lundi à Bruxelles....


Ce n'est pas fini pour ce qui est des manifestations des agriculteurs. (article de vendredi dernier) Cette fois il s'agit d'une action européenne concertée dans le cadre du COPA-COGECA, comité qui représente les principaux syndicats agricoles et les coopératives des pays membres de l'UE. Elle se déroulera lundi 7 septembre à Bruxelles, sous les fenêtres du bâtiment accueillant une réunion extraordinaire du conseil des ministres de l'Agriculture. Le rassemblement qui doit réunir 2 000 agriculteurs venus des différents pays, doit être précédé d'une conférence de presse. Le président du COPA, Albert Jan Maat et le président de la COGECA, le français pyrénéen, Christian Pées, doivent intervenir au cours de ce meeting.
Le COPA-COGECA évoque dans un communiqué des difficultés de marché pour tous les agriculteurs européens. Le comité met nettement en cause les conséquences de l'embargo russe: "Cette situation extrêmement pénible dans les secteurs européens de la viande porcine, du lait, des fruits et légumes et de la viande bovine est causée principalement par les restrictions sur les exportations imposées par la Russie, qui ont entrainé du jour au lendemain la fermeture du principal marché pour les exportations européennes."
" Dans de nombreux pays, les prix sont inférieurs aux coûts de production et les revenus sont bas, ce qui contraint certains à mettre la clé sous la porte" ajoute le COPA-COGECA

Les maïsiculteurs européens solidaires

Les maïsiculteurs seront au rendez-vous comme l'indique leur communiqué:
"La Confédération Européenne de la Production de Maïs entend souligner sa totale adhésion à la manifestation agricole européenne organisée par le COPA-COGECA, lundi 7 septembre à Bruxelles ainsi qu’à ses objectifs et revendications. Le maïs de l’Union Européenne, qui totalise 15 Millions d’hectares (maïs grain, fourrage, semence et doux) ne fait pas exception à la crise que subissent nombre de filières. Or, cette production, techniquement performante et innovante, dispose d’importants potentiels à exploiter et à développer, mais aujourd’hui bridés par une politique agricole européenne trop frileuse et suradministrée. Comment ? En apportant de la lisibilité à cette politique agricole et par un accompagnement volontariste :
- à la mise en œuvre d’outils de gestion des risques
-à la création de stockages de la ressource en eau,
- à l’homologation de produits de protection,
- à la valorisation des innovations, résultant des biotechnologies,
-au développement des marchés non alimentaires et énergétiques, et ainsi, d’une part réduire le déficit de l’UE en maïs grain et d’autre part développer les exportations pays tiers. En clair, une politique agricole de l’UE rénovée, conquérante et qui soit, non pas de plus en plus renationalisée, mais de plus en plus européenne".

Coop de France pas satisfaite des annonces de Valls

Coop de France, organisation représentant les coopératives agricoles françaises reste sur sa faim au lendemain de l'intervention du Premier ministre:
"Concernant la revalorisation des prix au sein des filières, Coop de France tient à rappeler que la fixation artificielle de ces prix met en grave danger les industriels qui sont exposés aux marchés européen et international. Force est de constater que ce message économique n’a pas été entendu. Comment peut-on proposer de sauver la production agricole en sacrifiant les outils de transformation? Aucune mesure n’a été annoncée quant à l’analyse des distorsions de concurrence qui existent à l’échelle européenne en matière sociale et fiscale. Ce point est pourtant
fondamental pour la pérennité des filières agroalimentaires françaises.
Coop de France regrette également l’absence de mesure relative à l’étiquetage de la viande française, notamment lorsqu’il concerne les viandes transformées. Cette mesure, sans incidence budgétaire, aurait eu pourtant un effet immédiat sur la revalorisation des produits français. C’est au titre de la compétitivité de l’agriculture que Coop de France a soutenu la manifestation du 3 septembre à Paris, c’est au titre de cet enjeu fondamental que Coop de France reste mobilisée avec ses entreprises pour relever le défi auquel sont aujourd’hui confrontées nos coopératives.

Pour Philippe MANGIN, président de Coop de France, «L’enjeu du Conseil des ministres de l’Agriculture du 7 septembre à Bruxelles devient plus crucial encore : faire sortir la France de la situation de décrochage qui est la sienne par rapport à ses compétiteurs européens».
Vendredi 4 Septembre 2015

Lu 321 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 5 Décembre 2018 - 11:02 Gironde:quand les aides PAC se font attendre

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018