Les médecins généralistes affichent leur ras-le-bol


Un mouvement de grève dure commence le 23 décembre. Interview vidéo des représentants aquitains de MG France


Les docteurs Bernard Pledran et Philippe Moreaud, pour la délégation aquitaine du syndicat MG France, ont confirmé, à Bordeaux, l'organisation "d'actions fortes et déterminées", le mot d'ordre de mobilisation ayant recueilli une large approbation de la part des médecins.
Ainsi, concrètement:
  • le 23 décembre les cabinets de médecine générale seront fermés.
Le même jour les médecins généralistes débuteront une grève illimitée de la permanence des soins;
  • le 6 janvier une nouvelle fermeture des cabinets de médecine générale interviendra.
La ministre -qui a reçu une délégation nationale le 11 décembre- semble avoir ouvert la porte à une révision du projet de loi sur la santé, mais sans pouvoir désamorcer le mouvement. Les médecins s'opposent notamment à la généralisation du tiers payant obligatoire "n'ayant ni les moyens de vérifier les droits, ni de contrôler les sommes reçues". En Aquitaine, ils considèrent que la loi "impose un tiers payant obligatoire pour tous les patients, peu importent les difficultés de gestion. Or, la gestion du tiers payant généralisé sur des petits montants implique pour chaque médecin l'embauche d'une secrétaire à mi-temps et met en péril le modèle économique déjà fragile des cabinets. MG France n'acceptera qu'un tiers payant simple et garanti". Il semble que cette question du tiers payant soit un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Les généralistes déplorent par ailleurs un "manque de considération" et estiment que la médecine généraliste "est en danger". Selon le délégué régional, les initiatives gouvernementales tendent plutôt à favoriser la médecine hospitalière, et ils y voient comme l'illustration d'un clientélisme politique. "Or, le traitement d'une angine coûte 40€ avec un médecin libéral, 240 € à l'hôpital". Les généralistes s'opposent également à la possibilité qui serait accordée aux pharmaciens et aux infirmières de pratiquer les vaccinations. Ils entendent aussi faire intégrer un chapitre soins primaires dans le projet de loi. Côté tarifs, ils veulent être mis à égalité "avec les autres spécialistes," soit la consultation à 25€.
D'autres sujets sont développés dans notre vidéo.
Vendredi 19 Décembre 2014

Lu 197 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 18:03 17 novembre: le plein de mécontentement

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018