Les scientifiques ont du mal à régionaliser les effets du dérèglement climatique


Une conférence du climatologue Hervé Le Treut à Bordeaux. Le climat se réchauffe, mais de combien de degrés chez nous?


Hervé Le Treut (Ph Paysud)
Hervé Le Treut (Ph Paysud)
Le premier des rendez-vous se rapportant au "dérèglement climatique" (terme discutable: le climat a-t-il jamais été réglé?), qui, à Bordeaux, dans le cadre d'une série de débat citoyens, voyait la participation du climatologue Hervé Le Treut (membre de l'Académie des Sciences, directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace) aura été un moment fort instructif sur un sujet si l'on peut dire particulièrement ...chaud. Le scientifique, dans le cadre de cette opération de sensibilisation menée en commun par l'Etat et la région Aquitaine, a en effet procédé à un regard rétrospectif à travers les âges, remontant à 400 millions d'années. Les graphiques établis par les climatologues à partir des bulles d'air emprisonnées dans les glaces, révèlent de fortes variations, surtout imputables, selon ces chercheurs, à des incidences astronomiques. Mais il est indéniable que les lignes s'emballent et montent en flèche à partir des années 50, en même temps que le boom de l'industrialisation. Le grand coupable c'est le rejet du Co2 dans l'atmosphère dont l'élimination demande un siècle. C'est dire que même en stoppant tout aujourd'hui, on en a pour longtemps avant d'éliminer le gaz nocif.
Hervé le Treut -qui a procédé à une présentation dépassionnée- a souligné que l'on est en présence "d'effets plus grands que les fluctuations naturelles du climat". La modélisation (il prend en compte plusieurs modèles) fait ressortir une perspective de hausse moyenne de la température de 2 degrés dans l'hypothèse optimiste, et de 6 degrés dans une qui l'est moins. Cela assorti d'incidences sur la répartition des pluies, la fonte des glaces, le niveau des océans. Pour ce qui est de la pluviométrie, elle semble se concentrer sur l'équateur, et -curieusement- il n'est pas exclu que le Sahel puisse se réhumidifier.
Quelle "climatodépendance?"- Le climatologue qui est aussi chargé d'une mission par la région Aquitaine, a indiqué que dans ce contexte les scientifiques sont fortement sollicités en matière de perspectives climatiques régionales. Hervé Le Treut qui évoque un certain nombre d'incertitudes pour ce qui est de la prospective (quelle incidence des nuages?) insiste sur le fait que "cette incertitude augmente en fonction des tentatives de localisation du dérèglement climatique". A ses yeux il est donc plus raisonnable de se pencher sur l'incidence du réchauffement afin de déterminer "à quel niveau" et en quoi ces régions peuvent être affectées. Selon lui, c'est à partir de+ 2 à 3 degrés.. Etablir en quelque sorte "en quoi l'on est "climatodépendant". Mais cela n'est plus du seul ressort des climatologues.
Si les scientifiques avouent leurs incertitudes, il n'en est pas toujours de même du public. La conférence citoyenne qui se déroulait à l'Hôtel de Région a fait ressortir des assurances allant au-delà de celles des chercheurs...

LES RENDEZ-VOUS AQUITAINS DU CLIMAT
Mardi 18 Octobre 2011

Lu 563 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives











Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018