Connectez-vous


Matières premières agricoles: il faudra en produire plus


En arrière plan des tentatives de régulation du marché, le décalage qui va croissant entre production et demande alimentaire. Le point avec la chambre régionale d'agriculture d'Aquitaine


Le débat se déroulait à l'INRA Aquitaine (Ph Paysud)
Le débat se déroulait à l'INRA Aquitaine (Ph Paysud)
La chambre régionale d'agriculture d'Aquitaine vient de se pencher, à l'occasion sa session institutionnelle d'été- et en liaison avec le lancement de son plan stratégique- sur la question de la volatilité des prix des matières première agricoles avec l'éclairage de Thierry Pouch, responsable des études économiques de l'APCA (Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture) et de Fredy Lucas (France Agrimer Aquitaine). Les pics de prix vers le haut et vers le bas des cours contribuent en effet à déstabiliser les filières alimentaires et peuvent s'avérer globalement négatifs aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs. Certains pays comme la France qui ne situent pas dans la tradition mercantile tentent actuellement de faire adopter des mesures de régulation, aussi bien au plan européen que mondial. Thierry Pouch n'a pas cependant laissé planer de grande illusion sur les chances d'accord significatif au G20. "Du moins les choses vont être particulièrement longues". Les Etats-Unis et le Brésil entre autres n'aiment pas l'idée de régulation. Alléchée par les possibilités de gain, la spéculation s'est mise de la partie,et donc la finance. Le grain passe ainsi d'écritures en écritures sans que le "propriétaire" n'en ait jamais vu la couleur.
Que faire?- L'économiste de l'APCA se demande ce qu'il est possible de faire dans ce contexte. Pami les pistes, il cite d'éventuels accords entre pays producteurs, et pose même la question d'une éventuelle fermeture des marchés à terme. Apparaît en effet cette notion "de la souveraineté alimentaire " que nombre de pays découvrent, laquelle ne saurait être préservée par le marché et l'appât du gain. De plus, même si on assiste actuellement à un tassement, il faut tenir compte du mouvement général. La population mondiale est appelée à croître à 8,9, ou 11 milliards d'habitants (divergences sur les prévisions ), alors que la production agricole s'essouffle (baisse du taux de croissance), en particulier en France et en Europe. Pour Thierry Pouch, il est clair "qu'il va falloir réfléchir à la façon d'augmenter la production". Des groupes financiers, notamment chinois prennent les devants en "accaparant le foncier" dans les pays en voie de développement.... Pendant ce temps la France est doublée par d'autres Etats européens pour un certain nombre de productions.
Carcan environnemental- Au cours du débat qui suivait l'analyse des économistes, Henri Biès-Péré (FRSEA) notait ainsi que des pays européens arrivent bien à développer leur productions agricoles, et que le problème est donc franco-français. Constat qui est à rapprocher de ceux du céréalier Bernard Palazo, et du président de la chambre d'agriculture Dominique Graciet. Le premier évoquait le poids "du carcan environnemental", et le second estimait qu'un Grenelle 3 "serait un vrai suicide".. Les prétendants de la prochaine présidentielle seraient bien inspirés de méditer sur un vrai sujet!
GG
Mardi 28 Juin 2011

Lu 1006 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives | Tribune










Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018