Nohant, un lieu magique où souffle l’esprit

Par Yves Henry et Jean-Yves Clément



Frédéric Lauth, peintre, fut l'époux d'Aurore Sand
Frédéric Lauth, peintre, fut l'époux d'Aurore Sand
"Magique, inspirant, exaltant… Ce sont quelques uns des mots qui reviennent sans cesse dans le livre d’or du festival, sous la plume des artistes comme du public. Rares sont les lieux ouverts au public où l’esprit de celui ou celle qui les a habités est aussi présent. Nohant et le Domaine de George Sand en font partie. Que ce soit dans sa demeure ou dans le parc, sur la place du village ou dans sa petite église, l’esprit de George Sand est partout… Il s’en dégage une sérénité propice à la création. Hier comme aujourd’hui, les rencontres des arts et des artistes s’y multiplient. Nohant est bel et bien un lieu de pensée vivant, tel que George Sand a toute sa vie voulu qu’il soit. C’est à Nohant, de 1839 à 1846, que Frédéric Chopin a composé l’essentiel et peut-être le meilleur de son œuvre. Un héritage que le Festival de Nohant fait revivre chaque année depuis 1967, les week-ends de juin et les dix premiers jours de juillet, en y associant les autres grands génies de la musique et de la littérature de l’époque romantique.

Trois génies- "Même si Liszt et Chopin ne se sont jamais rencontrés à Nohant, leur esprit s’accordait aux valeurs d’humanisme et de partage prônées par George Sand. Liszt est venu lui-même deux fois à Nohant, en 1837, dont une fois en compagnie de Marie d’Agoult. Il transcrira lors de ses séjours plusieurs Lieder de Schubert et, en partie au moins, les symphonies 5 et 6 – peut-être 7 – de Beethoven, son dieu en musique... Par sa personnalité extraordinaire, et ses sentiments amicaux à l’égard de George Sand (« J’aime Franz, c’est une portion de mon propre sang ») – sans parler de leur profonde connivence intellectuelle -, Liszt participera à certaines soirées littéraires et musicales que donnera l’écrivain dans sa maison. Sand les décrira elle-même très poétiquement dans Histoire de ma vie.
"Ce sont ces rencontres et ce climat de proximité humaine et musicale entre ces trois génies – sans oublier Marie d’Agoult – que nous évoquerons cette année, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Franz Liszt, au travers de plus de 30 concerts et spectacles où Chopin et Liszt dialogueront, comme par-delà le temps ; viendront s’y ajouter des « causeries » visant à mieux connaître, entre autres, l’art si riche et divers du musicien hongrois.
Le piano roi- "Le piano, instrument roi du romantisme sera au cœur de cette édition, servi par des interprètes exceptionnels comme Christian Zacharias, Nicholas Angelich, Deszo Ränki, Brigitte Engerer, Yulianna Avdeeva, François Frédéric Guy, Roger Muraro, Boris Berezowski et bien d’autres… Le Festival de Nohant accueillera également pour une journée hommage le pianiste américain mythique Byron Janis, venu au festival en 1969, qui présentera en exclusivité européenne son autobiographie et le film sur sa vie.

Nohant s’affirme ainsi, et plus que jamais, par son festival, comme le cœur de la France romantique."

Yves Henry, président du Festival de Nohant
Jean-Yves Clément, conseiller artistique


Renseignements ICI
A lire également:la remise du Prix Pelléas

Dimanche 1 Mai 2011

Lu 1471 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 13 Juillet 2016 - 23:18 Festival de Théâtre de Sarlat:les trois coups

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES














Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click