Plaidoyer en faveur de l'irrigation au Futuroscope


Le salon de l'irrigation qui se déroulait ce mardi à Poitiers à l'initiative des agriculteurs irrigants de la Vienne a été marqué par un vif plaidoyer en faveur de l'utilisation raisonnée de l'eau en agriculture


Jean-Luc Pousse- Irrigation: l'explication (Ph DR)
Jean-Luc Pousse- Irrigation: l'explication (Ph DR)
Le Salon de l'Irrigation se déroulait au Palais des Congrès du Futuroscope (86) avec la présence de Jean-Luc Pousse (président de l'association des irrigants de la Vienne), Jean-Louis Laurent (vice-président des irrigants de France), Emmanuel Cloppet (météorologue à Météo France) et Nicolas Jaquet (président de l'organisation des producteurs de grain). Une cinquantaine d'exposants y participaient, et plusieurs conférences étaient programmées. Jean-Luc Pousse a exprimé sans détour dans une interview ce qu'il considère comme une nécessite pour répondre au défi alimentaire.


-Pourquoi organiser un Salon de l’Irrigation à Poitiers ?
-La principale raison qui nous a poussé à rééditer le salon de l’irrigation, c’est notre volonté de promouvoir l’irrigation ; mais aussi le stockage de l’eau dans la Vienne.De faire savoir haut et fort que l’agriculture mondiale a besoin d’eau pour répondre aux enjeux alimentaires dans les années à venir. Nous devons montrer à tous, ce que nous savons faire, et le faire savoir ! Etre force de proposition pour une politique de l’irrigation dans le département de la Vienne, s’appuie sur les trois piliers du développement durable (l’économie, le social et l’écologie) en veillant bien à ce que l’un des piliers ne prenne le pas sur les autres. L’objectif du Salon est de montrer l’impact positif du stockage de l’eau sur l’environnement, l’agriculture et l’emploi dans notre département. L’irrigation est un outil de production qui permet de dynamiser l’agriculture et son environnement afin de répondre aux changement.
-Que peut-on faire pour mieux gérer l’eau et que peut apporter le stockage de l’eau ?
-L’amélioration de la gestion de l’eau passe par la connaissance : La connaissance des milieux (rivières et nappes), du sol, de la plante, de l’évolution du climat et de la génétique. Dans le contexte actuel, le stockage permet une utilisation rationnelle de l’eau en garantissant son approvisionnement tout au long de l’été. Le stockage est également compatible avec les contraintes environnementales. Les réserves seront remplies l’hiver quand l’eau coule en abondance. En période d’étiage, cette eau stockée servira à l’irrigation sans prélever dans les milieux. Dans cette optique, l’agiculteur irrigue tout en protégeant l’environnement. Le stockage devient alors l’affaire de tous car nous sommes tous concernés par le réchauffement climatique !
-Comment le stockage de l’eau influence-t-il l’alimentation ?
-Tout d’abord, expliquons à l’opinion publique que bien évidement nous buvons de l’eau, mais que, aussi, dans notre assiette, nous “mangeons de l’eau” et que les vêtements que nous portons eux aussi ont consommé de l’eau. Il est bon de savoir que pour produire 1kg de coton il faut 5263 l d’eau, pour 1kg de riz 1600 l, pour 1kg de soja 900 l, pour 1kg de maïs 454 l. Pour 1 litre de lait il faut 6 l d’eau, et 1kg de viande 200 l . La population mondiale sera de 9 milliards d’habitants en 2050, il faudra bien nourrir tout le monde ! Rappelons que la France avec ses 3300m3/an/habitant, est très bien pourvue par rapport à de nombreux autres pays. Comparée au total des précipitations, la part prélevée par l’irrigation est très faible, moins de 1%. Le problème est que cette eau est mal répartie dans le temps, de grande quantité en hiver, et peu en été où les besoins pour les plantes sont importants. L’idée est bien de stocker l’eau l’hiver lorsqu’elle est abondante, pour s’en servir l’été pour nos cultures. La suppression de l’irrigation conduit à un appauvrissement du monde alimentaire qui serait directement subi par le consommateur. D’où la nécessité de prendre conscience qu’il est indispensable de stocker de l’eau : barrages, retenues collinaires, retenues de substitution,...pour continuer à apporter une nourriture en quantité, en qualité et à un faible coût, pour tous.

Mardi 10 Janvier 2012

Lu 796 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 7 Novembre 2018 - 16:51 Le boom du bio en Nouvelle-Aquitaine

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018