Point de départ du COVID-19:le temps du soupçon



Capture d'écran d'une vidéo de la Chine sur Youtube
Capture d'écran d'une vidéo de la Chine sur Youtube
La gestion calamiteuse de la crise imputable au COVID-19 en France, et la polémique qui en résulte, tendraient à faire oublier d'où vient la "bestiole", ainsi que les responsabilités originelles. Or il est une évidence:il y a deux responsables: la Chine et la mondialisation débridée des échanges, en particulier dans les domaines du commerce et du tourisme grands vecteurs de parasites, de microbes et de virus. Or, il est un grand principe que l'on oublie, celui du pollueur payeur...
Mais encore faudrait-il pouvoir déterminer qui est ce dernier.
Dès le début de cette malheureuse affaire une rumeur a couru sur les réseaux sociaux pour dire que le nouveau virus s'était "échappé" d'un laboratoire de Wuhan. Cette éventualité fut rejetée bien souvent d'un revers de main comme étant une fake new.
Or, ce mardi il y a eu du nouveau: le très connu Wahington Post, par un article d'un journaliste réputé être bien introduit auprès des services de renseignement américains, indique que, en 2018, suite à leur visite d'un laboratoire à Wuhan, des agents avaient alerté à deux reprises "par des câbles confidentiels" le Département d'Etat sur les risques encourus du fait de "failles dans la sécurité".
Le laboratoire cité semble être celui de l'Institut de Virologie de Wuhan (WIV) travaillant notamment sur le coronavirus de la chauve-souris. axe de recherche que nous confirme Wikipedia en précisant qu'il est administré par l' Académie chinoise des sciences, et qu'en 2015 il avait ouvert le premier laboratoire P4 de Chine.
Le monde est décidément petit à l'ère de la globalisation (avant qu'elle prenne du plomb dans l'aile). Ce laboratoire qui a coûté 44 millions de dollars a été conçu en collaboration avec la France et une partie du personnel a été formée au laboratoire P4 Jean Mérieux de Lyon. Suivra un show inaugural en février 2017 avec la participation de Bernard Cazeneuve, alors Premier ministre, accompagné de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, d'Yves Lévy, président de l’INSERM. Ce dernier est le conjoint de la ministre démissionnaire Agnès Buzyn.
Wikipedia indique également que le biologiste moléculaire américain Richard H. Ebrigh considère que "l'Institut de virologie de Wuhan est un institut de recherche de classe mondiale qui effectue des recherches de renommée mondiale en virologie et en immunologie et note qu'une spécialité de l'établissement est la recherche sur les coronavirus transmis par les chauves-souris".

Le mystère du départ de la pandémie

C'est en 2003 que, suite au refus des Américains de s'engager sur cette voie, que la France alors dirigée par Jacques Chirac et JP Raffarin accepte de coopérer avec la Chine dans la construction d'un laboratoire P4 officiellement pour aider ce pays à se protéger contre les nouveaux virus. On était alors en pleine épidémie du SRAS. Cependant avec la Chine il y a la façade et le reste. Ainsi dans une intéressante interview publiée dans Marianne du journaliste Antoine Izambard, auteur du livre "France-Chine, les liaisons dangereuses", celui-ci laisse entendre que les Chinois avaient caché l'existence de deux autres laboratoires P3 et P4 ayant des objectifs militaires . Il révèle également que des représentants militaires de pays s'intéressant aux armes bactériologiques y ont été reçus.
Néanmoins rien de prouve que le COVID-19 ait été cultivé à cette fin. Pas plus qu'il provienne de ce laboratoire construit dans la cadre de la coopération scientifique franco-chinoise.
Une évidence cependant:le COVID-19 est parti de Wuhan ou de sa région. Fuite accidentelle? Malveillance? Transmission par un animal? La France n'est pas si mal placée pour savoir!
En février de cette année, dans un article de Science et Avenir il était dit que deux universitaires chinois estimaient que le nouveau coronavirus s'est échappé d'un laboratoire de Wuhan proche du marché aux poissons. Thèse contestée par un autre scientifique Chinois.
On notera cependant, et cela intrigue, que les autorités chinoises entretiennent un grand flou autour de cette affaire. Ainsi Reporter sans Frontière (qui lance un appel aux dons) indique que l'on est sans nouvelles des lanceurs d'alerte Ai Fen, directrice des urgences de l’hôpital central de Wuhan, ni de Chen Qiushi, avocat, célèbre pour ses vidéos des manifestations qu’il a tournées à Hong Kong, pas plus que de Fang Bin négociant en textiles de Wuhan.
Il n'y a jamais de fumée sans feu. Et, concernant le sort de ces témoins comme sur la "fuite" du coronavirus, le monde a le droit de savoir.
Gilbert Garrouty
22 avril: Nicolas Dupont-Aignan demande une enquête indépendante sur le laboratoire P4 de Wuhan (vidéo Youtube)


La publicité sur Paysud c'est l'info des consommateurs!
Mercredi 15 Avril 2020

Lu 327 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 24 Février 2021 - 19:54 Joël Aubert n'est plus

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune










Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile