Quand le sarment (vidéo) retourne à la terre mère


Si le sarment de vigne fait la joie des organisateurs de barbecue-parties, il est la bête noire du vigneron. Rançon de l'indispensable taille, il nécessite beaucoup de main d'oeuvre et de temps, donc d'argent, pour être enlevé des inter-rangs. Mais voici que l'on redécouvre l'intérêt qu'il y a à rendre le sarment à la terre mère...


Quand le sarment (vidéo) retourne à la terre mère
Le service vigne de la chambre d'agriculture de la Gironde et le Lycée Agricole et Viticole de Blanquefort ont eu l'heureuse initiative de consacrer une journée d'information au traitement écologique de ce sous-produit de la vigne sur le domaine de château Dillon. Outre la récupération des bois pour le commerce, il est possible de les consacrer à la production d'énergie après broyage.Cependant cela n'est pas si simple qu'il y parait à première vue: le produit écrasé en vert peut fermenter. De plus l'alimentation automatique des chaudières connait parfois des incidents de fonctionnement. Ce qui est certain c'est que la vieille coutume de brûler les sarments est remise en question car elle est écologiquement incorrecte.
En fait les techniciens et les chercheurs paraissent accorder plus d'intérêt à la restitution des sarments au sol. Des travaux ont été entrepris sur ce thème, dont certains ont été conduits en collaboration avec l'INRA. Il en ressort d'abord qu'il y a une utilité agronomique à rendre ce qui vient de la terre à la terre. Le sol, comme la vigne ont en effet besoin d'humus. De plus, transformé en matière organique, le sarment est un rétenteur des polluants et des pesticides. Or, un hectare de vigne peut donner de deux à quatre tonnes de bois de taille, et une donne de ces derniers, 170 kgs d'humus.

Machines à l'oeuvre

L'étude en cours a notamment montré qu'en restituant à la parcelle sous forme d'humus ce qu'elle a produit, on divise par deux les exportations d'éléments nutritifs de la plante, et que l'on peut réduire ainsi de 50% les intrants de fertilisation. L'histoire ne dit pas encore cependant si la vigne accepte sans problème en quelque sorte de manger de la vigne! Il ne faudrait pas en venir à la vigne folle!
Reste à voir cependant les méthodes. La plus simple et la moins coûteuse est bien le recours à un simple broyeur et le passage dans les rangs. Mais le programme d'études porte surtout sur la transformation en compost des sarments après broyage. Deux machines tractées et utilisant la prise de force du tracteur ont été présentées en démonstration dans les vignes du château. On a pu constater la bonne qualité du ramassage, et les différentes caractéristiques de broyage. L'un de ces engins autorise un avancement très rapide du tracteur.
Mais, lors de la démonstration, la récupération des sarments en vue de leur commercialisation n'était pas oubliée. Une "botteleuse" spécifique était également au programme. Il ne s'agit tout de même pas de priver le public de ce grand classique qu'est l'entrecôte bordelaise et son accompagnement liquide...
Mardi 3 Mars 2009

Lu 2614 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 25 Juillet 2018 - 15:15 La Nouvelle-Aquitaine lance un plan abeilles

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018