SNCF Aquitaine-Poitou-Charentes:les grands travaux sur les rails


Doublement côté Est de la gare Saint-Jean, à Bordeaux, en 2017 pour accueillir près de 20 millions de voyageurs par an. En attendant les travaux de modernisation des lignes continuent, et les horaires vont encore changer en 2013


Les dirigeants de la SNCF-Quelques exemples de travaux (Ph DR)
Les dirigeants de la SNCF-Quelques exemples de travaux (Ph DR)
La direction régionale Aquitaine-Poitou-Charentes de la SNCF à le sourire:les chiffres de l'activité sont bons pour 2011, et les changements d'horaires imposés par un programme de travaux sans précédent n'ont pas rencontré d'obstacle majeur. C'est ce qui ressort du tour d'horizon effectué à Bordeaux devant les représentants de la presse par Pierre Boutier, directeur pour cette zone qui est appelée à recevoir de grands projets, et qui représente actuellement 2730 km de lignes, 270 gares, et 8000 salariés. Sur cette région la SNCF est forte d'une progression de chiffre d'affaire voyage de 5,9%, d'une augmentation du nombre de voyageurs de 7% pour les TER et de 4,7% pour les TGV, cela étant accompagné d'une sensible augmentation des indices de satisfaction. Les difficultés et le coût du transport routier dirigent de plus en plus le public vers le ferroviaire. Mais le réseau est devenu en de nombreux points vétuste ou inadapté. D'où les travaux engagés qui se traduisent par plus de 200 chantiers que l'on fait en grande partie fonctionner de nuit.
Ce sont eux qui ont contraint la SNCF à reprogrammer les horaires de circulation, et à allonger certaines durées de trajet. Pierre Boutier a indiqué que si de nombreuses réclamations, ou demandes, sont remontées à la médiatrice Nicole Notat, celle-ci n'a finalement émis "que 9 préoccupations". Ces travaux qui ont déréglé les horaires des trains vont se poursuivre tout au long de l'année, en 2013 et même au-delà. Ces horaires changeront encore en 2013. Les staffs de la SNCF réfléchissent déjà la question. Dans la zone Aquitaine-Poitou-Charentes, le chantier de la LGV Tours-Bordeaux qui mettra Paris à deux heures de la métropole aquitaine, aura en effet des conséquences. "Mais nous sommes des sportifs entraînés maintenant" a ironisé le directeur régional qui annonce écoute et concertation sur le sujet.

La gare de Belcier

Pour les dirigeants de la SNCF on ne peut faire l'économie de ces travaux de modernisation et d'adaptation le réseau ferroviaire étant " d'un autre âge", avec parfois des insuffisances préoccupantes. Pierre Boutier a souligné que la gêne qui en résulte correspond à celle occasionnée par tous genres de travaux, mais avec en point de mire un meilleur service.
La ville de Bordeaux est en tout cas promise à bel avenir ferroviaire. La gare Saint-Jean vient d'être modernisée, et de nouveaux commerces seront installés cette année. Une station de maintenance des TGV va aussi être construite. Mais la modernisation des voies en cours et l'arrivée de nouvelles lignes, - avec l'attractivité renforcée du chemin de fer- vont, à l'horizon 2017, selon la SNCF, faire passer le flux des voyageurs de 11 millions par an actuellement à près de 20 millions.
Il faut donc se préoccuper de la gare. Le projet qui est sur les rails vise en quelque sorte de la doubler côté Est (site Belcier). L'étude est en cours dans le cadre d'une convention avec l'Etat, le Conseil Régional, la CUB, la ville de Bordeaux, Bordeaux-Euratlantique, RFF et la SNCF Gares et Connexions. Selon Nicolas Ligner qui a légèrement levé le voile sur cette nouvelle gare "un équilibre a été trouvé entre le raisonnable et l'ambition". La future structure qui devrait être validée fin mars sera dotée d'une large "offre de parking et de commerces". La concertation publique est donc programmée pour ce printemps, et les travaux pourraient commencer en 2014 en vue d'une mise en service en 2017. Mais pour Pierre Boutier il ne suffit pas de construire une nouvelle gare. Comme c'est le cas dans plusieurs autres grandes métropoles, Bordeaux doit se doter d'un lien ferroviaire avec les services aéroportuaires. On rejoindrait ainsi l'avion en une vingtaine de minutes. Il ne servirait à rien de faire Bordeaux -Paris en deux heures, et d'en mettre une, ou plus, pour aller à Mérignac..."Bordeaux ne peut pas être le dernier de la classe" a-t-il affirmé.
Jeudi 19 Janvier 2012

Lu 1049 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:58 Le "oui" franc et massif de l'Occitanie à la LGV

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com