Signes de qualité-Bannières:des épines dans le territoire



Signes de qualité-Bannières:des épines dans le territoire
C'est un débat technique qui, à première vue, semblerait n'intéresser que les initiés. Mais il n'en est rien. Les échanges qui ont eu lieu ce jour à Bordeaux, à l'occasion de l'édition 2014 des Assises de l'Origine (dans le cadre du Salon de l'Agriculture d'Aquitaine) l'ont mis en évidence. Chaque année, dans ces instances professionnelles on aborde des thèmes se rapportant aux signes de qualité et d'origine (AOC,AOP,IGP), lesquels sont des indications officielles basées sur des chartes contrôlées par des organismes extérieurs habilités à le faire. Mais parallèlement à cette organisation, il s'est développé des initiatives commerciales (comme chez Carrefour), et politiques. Les régions, Aquitaine et Midi-Pyrénées -entre autres-ont récemment créé leur propre bannière et leur propre marque. Le problème se corse du fait que ces marques reprennent le terme désignant une région et un territoire. Exemple:la bannière Sud-Ouest, un terme protégé dans l'IGP foie gras Sud-Ouest. qui concerne les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. Or, l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine) est là pour veiller au grain. Une charte de bonnes pratiques a toutefois été signée entre l'INAO et la bannière Sud-Ouest. Mais règle-t-elle tous les problèmes?
Le débat de Bordeaux n'a pas répondu à la question essentielle:pourquoi apposer une nouvelle indication de provenance à des produits qui l'ont déja? Il est vrai qu'il ne s'agit pas de surajouter des étiquettes et de troubler un consommateur qui a du mal à s'y retrouver. Mais alors à quoi sert une telle signalisation? On peut aussi se demander, comme Gérard Delcoustal (ODG, Pruneau d'Agen) où l'on va si toutes les régions d'Europe se mettent à créer leur marque de territoire.
Cependant, pour mieux se faire connaître des citoyens, et résister à la concurrence, les signes officiels de qualité ont besoin de communiquer. Mais qui dit communication (comme l'a affirmé Jean-Luc Dairien, directeur de l'INAO) dit budget. Or, par les temps qui courent, ils sont maigres. Ils le sont moins côté marketing commercial et côté régions. Et les généreux soutiens financiers de ces dernières conduisent les différents acteurs à la modération...
G.G.
Mardi 27 Mai 2014

Lu 162 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES














Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click