Connectez-vous


Chorégies d'Orange deux divas dans l'arène



Ph Paysud
Ph Paysud
Avec l'appui de la Télévision , et les commentaires du genre tout le monde il est bon tout le monde il est gentil, le théâtre antique des Chorégies d'Orange renforce incontestablement son aura et son audience auprès du public, et espérons-le, d'un nouveau public. On aura cette année beaucoup parlé de ce haut-lieu du spectacle lyrique estival à travers deux opéras de Puccini -La Bohème et Turandot- et le ténor vedette qu'est Roberto Alagna. Un opéra est un opéra, et il se produit toujours une émulation entre l'ensemble des acteurs, ce qui n'est pas inutile en ce cas. Mais l'autre soir deux cantatrices n'avaient pas craint, dans le cadre du concert lyrique, d'affronter avec le seul soutien de l'Orchestre National de France dirigé par Michel Plasson, les deux murs, celui construit par les Romains et celui du public: la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon et la soprano allemande Diana Damrau.
Chaude soirée méridionale avec très peu de vent. Cependant , comme toujours, l'immensité du lieu pose problème aux voix. Béatrice Uria-Monzon en est pourtant une habituée, mais en première partie surtout, ses tons les plus graves sont mal perçus dans les hauteurs des gradins. Les caractéristiques du théâtre à ciel ouvert, mais aussi le programme, servaient davantage la soprano, dont c'était la première présence à Orange, et qui en dépit, d'une petite erreur avouée- et vite pardonnée-a su conquérir le public. Diana Damrau- bien que attendant un heureux évènement- a montré qu'elle dispose d'une voix, et, ce qui ne gâte rien, qu'elle sait l'accompagner du geste. Sa carrière devrait s'en ressentir.
Côté orchestre le potentiel de l'ONF est exploité à la Plasson. Le concert débutait par l'ouverture de la Force du Destin, mais comme pour tout le reste, le génie de Verdi a souffert de la nonchalance de la direction. Michel Passon au début du concert, comme à la reprise, paraît rejoindre les musiciens comme à regret, avec lenteur. Ce n'est peut-être pas la meilleure façon de les inciter à se surpasser...Et puis la langueur s'installe...
G.G.
Notre photo:Béatrice Uria-Monzon et Diana Damrau dans le duo de la Barcarole des contes d'Hoffman (Ph Paysud)
Mardi 31 Juillet 2012

Lu 1776 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune









Notre merle moqueur....

Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur
Mais il est bien court le temps des cerises.....


Celui-là ne chante pas mal!
(vidéo également en page d'accueil)

17/04/2020



Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018