Festival de Sarlat: retour réussi à Donogoo-Tonka



Festival de Sarlat: retour réussi à Donogoo-Tonka
Les dirigeants du Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat donnent cette année carte blanche à leur directeur artistique Jean-Paul Tribout avec la mission de réaliser une programmation susceptible de captiver un large public. Ainsi le rideau s'est levé dans la capitale du Périgord Noir sur cette pièce qui connut ses heures de gloire à la sortie de la crise de 1929, Donogoo Tonka, de Jules Romains que nous avons évoquée à plusieurs reprises sur Paysud. La crise est revenue, la pièce aussi, et on doit se féliciter de la bonne idée qu'a eu Jean-Paul Tribout de la faire connaître des jeunes générations. On regrettera d'ailleurs qu'elle ne soit proposée qu'une seule fois à Sarlat. Mais les Parisiens aurant sans doute plus de chance, puisqu'elle doit être reprise dans la capitale.
Même si depuis, l'homme est allé sur la Lune, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Toujours autant de gogos et de fins renards. Jean-Paul Tribout a bien greffé quelques allusions à la situation actuelle, et ce, parfois sans masquer le nom de quelques établissements financiers qui se sont tristement illustrés ces derniers temps, mais il n'y avait pas grand chose à toucher à la pièce pour qu'elle paraisse comme toute neuve. Il faut dire que Jean-Paul Tribout a réussi au Jardin des Enfeus une remarquable mise en scène, avec une excellente ponctuation musicale entre les scènes. Il est vrai que Donogoo avait aussi été conçu pour le cinéma, mais à Sarlat cela en était presque. Sans parler de l'action, car elle en est aussi! Le système de fenêtres, balcons, volets coulisants couloirs, les écrans lumineux où transparaissent paysages ou action ,révêlent une réalisation comme on en voit plus.


Le Trouadec et Lamendin

Pour ceux qui ne connaissent pas la pièce, disons qu'elle est construite autour de l'ambition et de la crédulité humaines Le Trouhadec (Jean-François Guilliet) géographe, membre du collège de France rêve d'être élu à l'Insitut; Dans un ouvrage il a décrit une ville qu'il situe en Amérique du Sud, Donogoo Tonka, mais cette ville n'existe pas. Un certain Lamendin sorti de l'eau (il était au bord de suicide) va se remettre à flot avec quelques aventuriers et propose de fonder Donogoo au milieu d'une région sud américaine présentée comme riche de sables aurifères..Les banquiers sont difficiles à convaincre en raison de la la crise, mais la supercherie prend corps, des actionnaires sont recrutés, une compagnie est créée. Lamendin est nommé gouverneur général, les aventuriers de tous pays victime de la promotion convergent vers Donogoo-Tonka. La pièce pourrait se nommer "comment avec rien on peut faire quelque chose en trompant beaucoup de monde" .Ou "plus c'est gros mieux ça passe." 79 ans après, rien n'a changé!
La troupe de comédiens réunie par Jean-Paul Tribout -et lui même qui tient le rôle de Margajat, partenaire sans scrupules- ne manque pas de dynamisme dans un style très enlevé empruntant parfoisà la pantomime. Le public sarladais a largement salué tout cela.
Dimanche 19 Juillet 2009

Lu 1798 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Vendredi 27 Août 2021 - 16:39 Renaissance en musique au Château de Carles

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune







ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile