L'Aquitaine encourage Lalou Roucayrol dans la Transat Jacques Vabre.



Arkema-Région Aquitaine (ph Vincent Olivaud)
Arkema-Région Aquitaine (ph Vincent Olivaud)
L' Aquitaine est une fois de plus derrière son skipper vedette, Lalou Roucayrol, qui doit prendre le départ de la Transat Jacques Vabre, dans la catégorie Multi 50, avec Arkema-Région Aquitaine. La région Aquitaine déclare dans un communiqué: "A quatre jours du départ de la 11ème édition de la Transat Jacques Vabre, Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, les élus régionaux et tous les Aquitains envoient leurs encouragements au navigateur médocain Lalou Roucayrol, engagé dans cette course en double avec Mayeul Riffet, sur le nouveau multicoque de 50 pieds « Arkema - Région Aquitaine ».
Philippe Buisson, porte-parole du Conseil régional d’Aquitaine, sera présent au Havre pour le baptême du bateau ce samedi 2 novembre à 11h et pour le départ de la course prévu ce dimanche 3 novembre vers 13h. Aux côtés du skipper depuis 2009, la Région a soutenu la création de son nouveau bateau à hauteur de 461.000 € et sa préparation pour la Transat Jacques Vabre (100.000 € en 2013). Pour réaliser son prototype, Lalou s'est entouré de partenaires aquitains et a su développer des techniques innovantes. "Une occasion pour le Conseil régional de rappeler son engagement en faveur de la filière nautique, vitrine du savoir-faire aquitain."
Les concurrents auront quelque 5400 milles à parcourir pour rejoindre Itajai, au sud du Brésil. Dans la même catégorie Lalou Roucayrol est confronté à Actual (Yves Le Blévec-Kiro de Pavant), Fenêtréa Cardinal ( Erwan Le Roux-Yann Elies),Maitre Jacques (Loïc Féquet- Loïc Escoffier), Rennes Méropole/Saint-Malo Agglomération ( Gilles Lamiré-Andréa Mura), Vers un monde sans SIDA ( Erik Nigon-Samy Villeneuve).
La directrice de la course Sylvie Viant, souligne notamment qu'il n'y a aucun passage obligé, et que les concurrents sont libres de leur choix d'itinéraire. "Les coureurs peuvent se démarquer par des routes très différentes même si on sait qu’ils vont converger à l’équateur. Il y a aussi la possibilité de déborder par l’Ouest des archipels de Madère et des Canaries ou de passer au travers des îles, selon l’intensité et la zone où soufflent les alizés. Nous avons ainsi écarté un point de passage par l’île d’Ascension dans l’hémisphère Sud pour les MOD-70, car cela les obligeait à faire du louvoyage contre les alizés de Sud-Est. Le parcours est donc moins susceptible de provoquer de la casse une fois la latitude de Gibraltar passée".
Les multi 50 pourraient rallier Itajai en 16 jours.

Le parcours: 5400 milles

DR
DR
Mercredi 30 Octobre 2013

Lu 164 fois


Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:58 Le "oui" franc et massif de l'Occitanie à la LGV

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES











Recevez notre infolettre





Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click
cookieassistant.com