L'œuf ukrainien pourrait déstabiliser la filière française



Capture écran vidéo CNPO
Capture écran vidéo CNPO
Le CNPO, l'interprofession française de l'œuf, est en alerte maximale en face des risques qui s'annoncent: "Alors que les œufs n’ont jamais connu un tel succès en France, avec un record de consommation annoncé à 229 œufs par habitant pour 2023, la filière française tire la sonnette d’alarme. Deux sujets d’inquiétude majeurs du côté de la production d’œufs : l’annonce d’une nouvelle réglementation européenne inadaptée sur l’environnement avec la directive IED et l’arrivée potentielle massive d’œufs ukrainiens sur le territoire.
Sur aucun de ces périls imminents, la filière n’a reçu un quelconque soutien de l’État. Elle appelle donc le Gouvernement à passer urgemment de la parole aux actes afin de préserver la souveraineté alimentaire du pays et assurer la sauvegarde des élevages comme annoncé. Sans action rapide, le pays sera en proie à des importations à bas coût de piètre qualité, soustraites aux exigences et bonnes pratiques françaises attendues des consommateurs. L’avenir s’annonce alors plus que sombre pour les 3 000 élevages du territoire et les 11 400 emplois de la filière."

L'interprofession s'inquiété d'une directive européenne en préparation. La filière des Œufs de France dénonce fermement la réglementation européenne IED actuellement en discussion et totalement inadaptée à la réalité des élevages de poules pondeuses.

La filière voit poindre de plus des importations en provenance de pays ne respectant ni la protection animale, ni les normes environnementales. "Certains signes montrent en particulier que la France pourrait rapidement devenir la destination privilégiée d’œufs ukrainiens. Pour des raisons géopolitiques, certains pays ont en effet fermé leurs frontières aux produits ukrainiens qui cherchent désormais de nouveaux clients. L’État laisse la filière sans soutien au moment où le plus important producteur d’œufs ukrainiens, Avangard, ouvre plusieurs bureaux de vente en France, annonçant leur prochaine commercialisation sur le territoire. Si les professionnels des Œufs de France soutiennent leurs homologues ukrainiens, ils ne peuvent cependant pas accepter la concurrence d’œufs à bas coût, non soumis aux mêmes contraintes que leurs produits et demandent le contrôle systématique par les autorités sanitaires françaises des œufs importés à l’identique des contrôles effectués sur les œufs français.
La filière française exige, pour assurer sa survie, une intervention aussi ferme que dynamique concernant l’arrêt des importations ukrainiennes sans droits de douanes et la révision immédiate des réglementations européennes inapplicables en discussion."
Mercredi 13 Décembre 2023

Lu 268 fois



Tags : cnpo, france, oeuf, ukraine
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Dimanche 25 Février 2024 - 19:45 Le vignoble girondin réduit de 8 000 à 12 000ha

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune | Brèves 2





ET AUSSI...


Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile