Connectez-vous


Le Médicament haute couture c’est pour demain grâce aux biotechnologies

Le forum de l’industrie pharmaceutique, dans quelques jours à Pessac (Gironde), se penche sur le grand virage annoncé



Le Professeur Luc Grislain
Le Professeur Luc Grislain
Comme dans le domaine de la protection des végétaux, la lutte raisonnée se substitue aux traitements systématiques, la façon de prendre en charge les maladies, en particulier celles qui relèvent de pathologies lourdes, est en passe de connaître un changement considérable, la prescription aveugle pouvant être remplacée par « des médicaments sur mesure ». Avec ces nouvelles stratégies thérapeutiques apportées, entre autres, par les biotechnologies, il devient possible, comme l’explique le Professeur Luc Grislain, directeur de l’Institut de Pharmacie Industrielle de Bordeaux, et coordonnateur scientifique du Forum, « de fabriquer le médicament au pied du lit du patient en fonction de ses caractéristiques propres et de celles de son affection ». Ces perspectives sont loin d’être des vues de l’esprit, mais il reste à examiner la mise en œuvre à échelle industrielle de ces nouvelles approches. C’est pourquoi le GIPSO (Groupement Interprofessionnel des Industries Pharmaceutiques et de Santé du Sud-Ouest) organise le 14 décembre prochain, au centre Condorcet à Pessac, un forum auquel participent de nombreux et éminents représentants du monde académique, de l’industrie pharmaceutique, des autorités sanitaires. Thème qui confirme tout ceci : « biotechnologies : « bientôt des médicaments sur mesure ? »


De la haute couture

En théorie la nouvelle approche qui concerne avant tout les longues maladies, telles le cancer et le sida, est séduisante, aussi bien pour le malade que pour le monde médical. Toujours comme l’explique le Professeur Grislain, l’idée est de disposer d’une fine connaissance du patient et de sa maladie de façon à lui fournir un médicament adapté . Les apports des biotechnologies permettent ces photographies. « C’est du sur mesure, de la haute couture ! » ajoute l’organisateur scientifique du forum. Par ce moyen ce n’est plus le patient qui s’adapte au médicament, mais l’inverse. De plus, ce médicament « adapté » peut aussi prendre une tournure que l’on aurait pas imaginé naguère avec le recours à la thérapie génique qui permet l’introduction de gènes chez le malade, et ainsi de soigner définitivement une pathologie.
« La thérapie génique concerne surtout les maladies orphelines et elle éveille immanquablement un débat », souligne Luc Grislain
Des questions- On imagine sans peine qu’ appliqué à grande échelle cela peut représenter une véritable révolution pour les médecins, et bouleverser les coûts de prise en charge. Les changements qui s’annoncent ne sont pas non plus anodins pour les laboratoires pharmaceutiques, lesquels peuvent être confrontés à des impératifs de reconversion ou de révision de leurs méthodes industrielles de production. Comment en effet produire le médicament sous ses diverses formes pour répondre efficacement et rapidement « au cas par cas ? » Les laboratoires se préparent à ses ces changements profonds et c’est pourquoi les échanges qui auront lieu le 14 décembre revêtent pour eux un grand intérêt. Se pose cependant une autre question, laquelle n’est pas de moindre importance : le recours au « médicament sur mesure » est-il conforme à la réglementation , ou est-il nécessaire de la revoir ? Probablement des réponses au cours du forum de Pessac.

L'industrie pharmaceutique en Aquitaine

Il est difficile de connaître le chiffre d’affaire global de l’industrie pharmaceutique en Aquitaine, pour la bonne raison que nombre de laboratoires qui y exploitent des sites ont leur siège en dehors de la région. Le secteur y représente tout de même entre 8000 et 10 000 emplois, et les diverses unités fabriquent de nombreux types de médicaments. Parmi les principaux laboratoires industriels implantés dans la région on peut citer BMS-UPSA à Agen qui à lui seul emploie 1200 personnes, SANOFI-AVENTIS à Ambarès (Gironde), ou encore CEVA à Libourne, spécialiste du médicament vétérinaire. Le professeur Grislain souligne que de nombreux établissements implantés à Bordeaux et sur sa périphérie sont engagés dans des programmes de Recherche et Développement de haut niveau sous contrat. Il s’agit même de la plus forte concentration du genre en France, dans ce domaine. Parmi eux Bertin Pharma à Artigues (120 salariés) qui bénéficie d’un relais avec l’Université Bordeaux 2, UNITHERà Marcillac, ITEC à Cenon, FLAMEL à Pessac…
Samedi 11 Décembre 2010

Lu 2014 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | Vidéo-archives | Tribune









Notre merle moqueur....

Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur
Mais il est bien court le temps des cerises.....


Celui-là ne chante pas mal!
(vidéo également en page d'accueil)

17/04/2020



Recevez notre infolettre


L'emploi avec Jooble

Des annonces à découvrir avec Jooble


Emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Offre d emploi Offres d'emploi Aquitaine-Occitanie, Jooble
jooble




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018