Le cri d'alarme d'une PME à propos des stocks de cartouches d'impression usagées



Ph copie d'écran vidéo Collectors
Ph copie d'écran vidéo Collectors
La PME Collectors (69) spécialisée dans la récupération des cartouches d'impression usagées lance un cri d'alarme en indiquant que près de 6 millions de cartouches vides collectées en France attendent dans un entrepôt de 2000 m², à Mornant (69) de connaître leur sort. "À la clé, 40 emplois et une charge énorme pour la collectivité si les fabricants d’imprimantes ne font pas enfin face à leur responsabilité environnementale" ajoute-t-elle. Et de poursuivre: "Comme tous producteurs de biens, les fabricants de cartouches d’impression ont l’obligation de s’assurer de l’élimination ou du recyclage de leurs productions en fin de vie. Et si l’on note l’exception notable de la marque Lexmark et de l’opérateur Néopost qui ont compris depuis longtemps la dimension citoyenne et sociétale de leur rôle, c'est bien l'ensemble des des fabricants qui choisi, dans les faits, d’ignorer le sort réservé en fin de vie de la grande majorité de leur production de cartouches et de toners". Ainsi "Collectors, société numéro 1 de la collecte des cartouches d’impression usagées en France se voit sommée de se mettre en conformité avec la loi et doit, à la demande des services préfectoraux, soulager son entrepôt de Mornant de près de 2000 palettes (1 million de cartouches) sous 15 jours" .L'entreprise ne trouve plus de débouchés pour leur recyclage parce que, explique-t-elle,"l'adjonction de dispositifs sophistiqués de suivi et de maintenance rend impossible la réutilisation de ces cartouches."
Collectors interroge: "Mise au courant très officiellement de ces millions de cartouches entreposées à Mornant, la majorité des constructeurs a eu pour première réaction de se dégager de toute responsabilité ! Aujourd’hui, il reste quelques semaines avant que le devoir de se conformer au droit français fera naître pour Collectors une charge aussi injuste qu’impossible à assumer seule. C’est donc une PME française forte de 14 années d’expérience et de 40 emplois durables qui paiera du prix de sa disparition le refus d’assumer le retraitement de produits fabriqués et commercialisés par des entreprises de pointe. Doit-on vraiment en arriver là ? Est-ce à la collectivité (par ailleurs meilleure cliente de celles-ci) de se substituer à elles ? Est ce au consommateur de payer une seconde fois avec ses impôts ? La réalité et le bon sens reprendront-ils leurs droits?

*7 octobre 2014:le Tribunal de Commerce de Lyon reçoit l'argumentation de Collectors
Lundi 8 Septembre 2014

Lu 163 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

Mardi 25 Septembre 2018 - 12:31 Agriculture:on récupère en Gironde...

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES | Vidéo-archives









Recevez notre infolettre



Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click

Informations légales


Informations légales
Consulter les informations légales et les règles de www.paysud.com

28/05/2018