Les Eleveurs Girondins auront leur abattoir


Pose de la première pierre ce jeudi à Bègles d'un outil "de proximité" au service de la filière viande locale et des circuits courts


Ph site du GEG
Ph site du GEG
Depuis la fermeture de l'abattoir public de Bordeaux, l'agglomération bordelaise est privée d'un outil pourtant indispensable à la filière viande. Un vide qui posait de gros problèmes au Groupement des Eleveurs Girondins (GEG) contraint d'aller faire abattre à Bergerac, à 110 km de ses bases. Les responsables du GEG qui se sont battus pour obtenir-en dépit des réticences- la construction d'un abattoir de proximité ont fini par convaincre et surtout, obtenir les aides nécessaires.. Un abattoir à la taille des besoins, mais doté des fonctionnalités nécessaires, y compris côté bien-être animal, sera construit à Bègles. La pose de la première est prévue ce jeudi, Zone de Hourcade, en présence des personnalités, dont Alain Rousset.
La Région Nouvelle-Aquitaine explique dans un communiqué:
"Cet abattoir est un outil de travail de proximité pour l'abattage des animaux de l'espèce bovine et ovine au service de la production locale, permettant notamment d'alimenter les boucheries de détail des Eleveurs Girondins. Le Groupement des Eleveurs Girondins, engagé dans une démarche de valorisation de sa production en circuit court, regroupe 150 adhérents dont 120 producteurs de bovins et 30 producteurs d'ovins. 630 tonnes annuelles devraient être traités en année de démarrage. L'outil d'abattage fera une place importante au traitement des produits sous Signes Officiels de Qualité (Label rouge et IGP Agneau de Pauillac), des produits certifiés (Bœuf sous Signature Gironde) et des produits identifiés (marques déposées : Agneau le Petit Prince et Veau de lait des Eleveurs Girondins.) Les seuls produits certifiés et sous signes de Qualité représentent 51 % du tonnage total de l'abattoir. L'établissement est également prévu pour accueillir l'abattage rituel dans le cadre d'une mission de service public. Outre l'activité d'abattage, l'abattoir traitera, également en prestations de services, la valorisation des cuirs des animaux abattus pour le compte des utilisateurs.
Cet établissement proposera des procédures innovantes de traitement (chambre froide de maturation, espacement des rails des chambres froides de conservation au-delà des normes habituelles...) et accordera une grande importance à la récupération et aux économies d'énergie ainsi qu'aux conditions de travail de ses employés. Il bénéficie d'un accompagnement du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 350.000 €. Cette aide vient en complément de crédits européens : 500.000 € sont mobilisés via le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER)."

Mardi 19 Décembre 2017

Lu 194 fois



Notez

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique / et surfez sur les rubriques de Paysud
< >

PaysudTv | Economie | Régions | Agriculture et alim. | Vie des spectacles | Société | Cinéma et tél. | Cuisine | Environnement | Evènements | Expositions | Livres | Talents d'ici | Tourisme | Agenais | Gironde | Périgord | Paysud mag | Foires et Salons | Festivals | Ecouter et Voir | LES BREVES












Recevez notre infolettre




Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
YouTube
Rss
Video
Mobile

Partagez Paysud en un click